CF Montréal

Difficile de ne pas s’emballer

Publié | Mis à jour

Un vieux cliché du sport veut qu’on doive garder les hauts bas et les bas hauts. Oui, c’est une très mauvaise traduction, mais elle exprime bien le fait qu’il est important de gérer l’enthousiasme et les déceptions.

Dans le cas du CF Montréal, il est toutefois très difficile de ne pas s’emballer avec les performances offertes par l’équipe non seulement depuis les derniers matchs, mais depuis le début de la saison.

Samedi contre le Fire de Chicago, les hommes de Wilfried Nancy ont réalisé un second blanchissage consécutif dans des circonstances adverses en jouant toute la seconde demie avec un homme en moins et avec un officiel qui avait le carton jaune léger.

Malgré l’aspect périlleux de la mission, les Montréalais ont fait preuve d’une belle résilience pour contenir le Fire et repartir de la Ville des vents avec les trois points et ainsi demeurer à cinq du premier rang dans l’Est et de l’Union de Philadelphie qui a toutefois joué un match de plus. Et avec une quinzième victoire cette saison, l’équipe égale son meilleur total en MLS, un sommet atteint en 2015.

Maturité

Ce qui est intéressant dans cette victoire, c’est qu’elle illustre parfaitement la progression de cette équipe depuis deux ans.

La formation de Wilfried Nancy est jeune, mais elle cède de moins en moins aux erreurs que commettent souvent les formations qui comptent moins de vétérans, et Joel Waterman le reconnaît.

«Je parlerais de maturité. Je pense que la saison dernière, on aurait fait match nul ou perdu ce match.

«On voulait simplement bien défendre notre surface malgré le changement de possession. L’an passé, l’arbitrage aurait affecté notre mentalité, mais pas cette année.»

Belle séquence

Cette victoire a permis au Bleu-blanc-noir d’étirer à huit sa série de matchs sans défaite.

Il s’agit de la seconde fois cette saison que l’équipe parvient à coller huit parties de suite sans défaite. La première fois, au printemps, il s’agissait d’un nouveau record d’équipe en MLS.

Cette marque pourrait tomber dès mercredi avec la visite des Red Bulls de New York au Stade Saputo.

Il s’agira d’ailleurs d’un très bon test pour le CF Montréal puisque les Taureaux ont huit victoires sur les gazons adverses. Une seule autre équipe de l’Association Est peut en dire autant et c’est justement Montréal.

Une victoire contre les Red Bulls permettrait aussi au CF Montréal de battre sa meilleure récolte de points en une saison qui est de 51 en 2016. L’équipe en a actuellement 49.

Écrire l’histoire

Les joueurs du CF Montréal ne se prennent pas la tête avec cette séquence, mais ils savent très bien ce qu’elle représente.

«Nous voulons continuer d’écrire l’histoire. Les Red Bulls sont très près de nous au classement, alors on veut continuer. Nous restons humbles et prenons chaque match un à un», a indiqué Joel Waterman près la rencontre samedi soir.

Il faut surtout s’assurer que tout le monde garde la tête froide et ne commence pas à tenir les choses pour acquises. À cet égard, Waterman assure que le personnel d’entraîneur fait en sorte que les joueurs ne prennent pas la grosse tête.

«Ça part du haut vers le bas, l’entraîneur le prêche. On reste humbles, on a des vétérans dans le vestiaire qui en parlent.

«Tout commence par les gens qui sont impliqués et on sait que tout finit par se terminer, c’est pourquoi nous ne cessons jamais de travailler.»

Quioto en feu

Romell Quioto connaît un été du tonnerre et a vraiment pris l’attaque de l’équipe sur ses épaules avec ses 15 buts.

Il en a inscrit douze à ses onze derniers départs, ce qui est plutôt impressionnant.

Il a marqué six buts au cours des quatre dernières rencontres et se trouve toujours en position dangereuse en plus de recevoir des services de qualité de la part de ses coéquipiers.

Avec sept matchs à jouer et s’il maintient le rythme, Quioto pourrait s’approcher du record d’équipe de 22 buts en une saison réalisé par Marco Di Vaio en 2013. Nacho Piatti en a inscrit 21 en 2016.