Crédit : PHOTO COURTOISIE SARAH-JADE CHAMPAGNE/TENNIS CANADA

Tennis

Gabriel Diallo champion à Granby

Publié | Mis à jour

Au début du mois d’août, le Québécois Gabriel Diallo n’avait encore jamais gagné un seul match sur le circuit Challenger de l’ATP. Avant même la fin du mois, il est maintenant l’heureux détenteur d’un premier titre après avoir triomphé aux Championnats Banque Nationale.

L’athlète de 20 ans a en effet vaincu en finale le Chinois Juncheng Shang en deux manches de 7-5 et 7-6 (5), dimanche à Granby. Cette victoire survient 13 jours seulement après sa première victoire sur le circuit, à Vancouver contre le Belge Zizou Bergs, 155e au monde.

Une semaine plus tôt, il avait également vaincu l’Australien James Duckworth (59e) au premier tour des qualifications de l’Omnium Banque Nationale, à Montréal, laissant entrevoir de belles promesses. Cette bonne séquence avait par ailleurs débuté au mois de juin lorsqu’il a été sacré champion du tournoi ITF M25 d'East Lansing, au Michigan.

Nouvelle dimension

Cette progression fulgurante, même Diallo ne l’attendait pas vraiment.

«Je suis content, c’est un peu inattendu, a avoué Diallo, quelques instants après ses derniers coups de raquette. Je n’avais pas beaucoup d’attentes pour ce tournoi, mais j’y suis allé match par match, j’ai essayé de jouer avec le plus de plaisir possible. Ça m’a emmené où je me suis rendu, donc je suis très content.»

Pour expliquer ses récents succès, Diallo a rendu hommage à ses entraîneurs, avec lesquels il a mis un plan en place. Après quelques signes encourageants à l’entraînement, il estime maintenant voir les dividendes de ses efforts.

«Je suis entré dans une nouvelle dimension dans mon jeu», a-t-il lancé sans détour.

Efficace au retour

Dans le match du jour contre Shang, Diallo, 518e au monde, a su être tranchant aux bons moments. Il a notamment réussi le premier bris du match en fin de première manche pour faire 6-5, puis il a remporté les quatre échanges suivants pour enlever le premier set.

Son adversaire, 246e raquette mondiale, a ensuite résisté à deux balles de match à la fin du deuxième set pour réussir le bris et forcer le bris d’égalité. Plutôt que de s’énerver, Diallo est demeuré calme, préférant reconnaître le talent de son rival. Cette approche lui a permis de garder le contrôle au bris.

«Ça s’est joué tellement sur de petits détails, de petits points. J’aurais pu perdre le bris d’égalité; j’ai été chanceux en touchant le filet et quelques lignes. Franchement, j’ai été très chanceux», a analysé le modeste gagnant, non sans souligner ses montées au filet en fin de rencontre parmi les éléments qui ont fait la différence.

Retour à l’école

Celui qui étudie en finance à l’université du Kentucky doit maintenant s’assurer de ne pas laisser sa victoire le déconcentrer puisqu’il devra être de retour sur les bancs d’école dès lundi. Il compte bien compléter ses études malgré ses succès, lui qui devrait terminer son baccalauréat ce printemps.

Ceci dit, il ne ferme pas la porte à une participation aux tournois Challenger de Calgary et de Drummondville plus tard cette année.

«La prochaine étape, c’est de retourner à l’école, a ainsi spécifié Diallo. Je veux avoir mon diplôme. Si l’ATP, ça ne fonctionne pas, au moins je pourrai travailler dans une banque!»