Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

Football universitaire RSEQ

Les champions amorcent l’année du bon pied

Publié | Mis à jour

Les Carabins de l’Université de Montréal ont amorcé la défense de leur couronne avec un gain de 26 à 18 sur les Stingers, samedi après-midi, au State Concordia.

Les doubles champions en titre de la coupe Dunsmore n’ont pas disputé un match parfait, mais les plus talentueux éléments de la formation de l’UdeM ont fait le boulot.

Sans surprise, le quart-arrière Jonathan Sénécal a sonné la charge. Le pivot des Bleus a été spectaculaire à plusieurs reprises, notamment quand il tentait d’échapper à la pression. Le prodige a conclu son affrontement avec 21 passes complétées en 27 tentatives pour 276 verges et trois touchés. Il a aussi récolté 39 verges avec ses jambes.

«Sa prise de décision a été vraiment bonne, a analysé l’entraîneur-chef des Carabins, Marco Iadeluca. On ne veut pas qu’il tente d’en faire trop ou de faire les choses tout seul. Il a été très intelligent avec le ballon.»

«C’est de l’instinct. Comme quart-arrière, tu te dois de sentir la pression», a quant à lui dit Sénécal, lorsque questionné sur sa fascinante habilité à se faufiler comme une anguille.

Ses cibles dans la zone payante ont été Carl Chabot, Alexandre Jones Dudley et William Legault. Le porteur de ballon Bertrand Beaulieu n’a pas été en reste, lui qui a amassé 103 verges sur 23 courses.

Des Stingers coriaces, par moment...

Dominés en début de rencontre, les favoris de la foule ont trouvé leurs aises dans les derniers moments du deuxième quart. Olivier Roy a repéré Jacob Salvail sur 12 verges pour inscrire le premier majeur du club. Les Stingers ont ajouté un placement pour réduire l’écart 15 à 10 avant de retourner au vestiaire.

La défensive de Concordia a frustré ses rivaux dès le retour de l’action, fermant la porte en situation de troisième essai et les buts. Les Carabins ont toutefois réussi un touché de sûreté dès le jeu suivant, ce qui a coupé l’élan dans Stingers.

«C’était l’un des jeux clés, a déclaré Iadeluca. Il y a un changement de momentum quand tu te fais arrêter à la porte des buts. D’avoir obtenu un touché de sûreté dès le jeu suivant a ramené le momentum de notre bord.»

Finir en contrôle

Les hommes de Iadeluca ont ensuite ajouté neuf points à leur récolte, avant de voir leurs adversaires connaître un autre regain de vie. Les Stingers ont en effet renoué avec la zone des buts, en plus de réussir une transformation de deux points, et ce, avec un peu moins de sept minutes à faire au match. Récupérant le ballon par la suite, ils se sont butés à l’unité défensive des Carabins et au vétéran Philippe Lemieux-Cardinal, qui a réussi un important sac du quart. Les visiteurs ont par la suite traversé le terrain lentement et terminé la partie en contrôle du ballon.

«C’est ça le football, tout est une question d’ajustement. Les Stingers ont démontré qu’ils étaient une bonne équipe. Ils ne lâchent jamais. Je suis heureux de la façon dont nous avons conclu l’affrontement en gardant le ballon. C’est ma plus grande fierté de ce match», a affirmé l’entraîneur-chef des Carabins.