Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

CF Montréal

«Nacho» Piatti rentre à la maison

Publié | Mis à jour

Après le départ annoncé de Djordje Mihailovic plus tôt cette semaine, on a droit au retour de «Nacho» Piatti chez le CF Montréal.

Le légendaire milieu de terrain rentre à la maison en devenant recruteur en Argentine et en Amérique du Sud. Il fera aussi profiter le club de son réseau européen.

«C’est ma maison, je voulais aider le club, a-t-il confié vendredi matin. Je veux seulement faire ça, je ne suis pas un agent. Et ça me permet de rester en contact avec Montréal et d’être proche de la ville et des partisans.»

«Je suis content parce que vous savez comment je me sens ici [à Montréal]. Je suis en Argentine et je peux être un contact du club là-bas, alors pour moi, c’est magnifique.»

Ce n’était donc pas que des beaux mots quand Piatti disait se sentir chez lui à Montréal.

Conclusion rapide

L’idée de redonner à l’équipe en contribuant sur le plan sportif est venue de Piatti qui mûrissait son projet depuis longtemps.

«C’était une idée que j’avais lorsque j’étais ici. Je voulais rester en contact avec le club. Je ne pouvais pas venir avant parce que je n’avais pas de visa.»

Il est arrivé en ville la semaine dernière, notamment pour participer au match des anciens contre les médias, mais avec l’intention de présenter sa vision à la direction du club.

«J’ai parlé avec Joey [Saputo], Gabriel [Gervais] et Olivier [Renard] pour leur dire ce que j’avais en tête et ils ont tout de suite dit oui.»

En évolution

Présent au point de presse vendredi, le président Gabriel Gervais entend bien utiliser les contacts de Piatti et faire évoluer cette relation.

«On va commencer petit à petit. On a passé beaucoup de temps ensemble et c’était important que "Nacho" comprenne notre projet. Il a passé beaucoup de temps avec Olivier, entre autres.»

L’idée est d’abord de couvrir le territoire argentin, mais Piatti reconnaît qu’il a l’embarras du choix en Amérique latine.

«Je vais commencer par l’Argentine parce que c’est beaucoup. Et que je connais tout là-bas, mais le Chili, l’Uruguay, l’Équateur et la Colombie, il y a beaucoup de joueurs en Amérique du Sud.»

Tout le monde veut venir

«Nacho» Piatti s’est un peu fait tirer l’oreille avant de venir à Montréal il y a quelques années. Nick De Santis a dû faire preuve d’insistance.

«Il est venu en Argentine en 2013 pour parler avec moi, car je ne connaissais pas la place, je voulais rester chez moi. Il est revenu en 2014 et a insisté. Je vais toujours le remercier, puisque j’ai pu connaître la ville et le club, et c’était la meilleure décision de venir ici.

L’Argentine ne pense pas qu’il aura à travailler aussi fort pour convaincre ses jeunes compatriotes.

«Maintenant, tout le monde veut venir en MLS. En Argentine, tout le monde connaît Montréal et le club probablement à cause de moi et des autres Argentins qui sont venus ici.»

«Avant, ce n’était pas comme ça, les jeunes voulaient aller en Europe. Maintenant, ils veulent venir ici avant d’aller à un autre endroit. Je vais leur parler de mon expérience et des jeunes Argentins qui sont ici.»

Une brique

Gervais s’affaire à rebâtir les ponts avec les anciens du club depuis son arrivée, le printemps. Le retour de Piatti est une brique de plus dans l’édifice.

«C’est une grande brique qu’on met dans la maison. Ça fait partie de l’idée de ramener l’histoire et les anciens afin qu’ils se sentent bien à la maison. "Nacho" connaît nos valeurs, la ligue et la MLS. Je trouve qu’on a une longueur pour aller repêcher de jeunes joueurs.»

Gervais veut donc impliquer les anciens dans diverses sphères d’activités. Il a même été question de Didier Drogba pour recruter en Afrique.

«Je suis très ouvert, a indiqué Gervais à cet égard. Si on peut s’appuyer sur d’anciens joueurs pour être nos yeux dans différents pays, c’est important.»

Il a aussi été question de la façon dont serait dépensé l’argent récolté dans le transfert de Mihailovic.

«On va prendre du recul et faire des analyses pour présenter ça au conseil et au propriétaire. Je ne peux pas confirmer de façon définitive ce qu’on va faire avec ces fonds», a expliqué Gervais.