Crédit : Thierry Laforce / Agence QMI

Alouettes de Montréal

L'attaque des Alouettes se réveille juste à temps

Publié | Mis à jour

Les Alouettes se devaient absolument de vaincre les Tiger-Cats de Hamilton, ce qu’ils ont fait au compte de 29 à 28, samedi après-midi, au Stade Percival-Molson.

Ayant déjà perdu leur premier match contre leurs rivaux ontariens cette saison, les hommes de Danny Maciocia ne pouvaient se permettre d’échapper le bris d’égalité. En vertu de ce gain obtenu à l’arraché, les «Als» ont dorénavant un dossier de 4-6 et ont subtilisé le deuxième rang de la section Est à leurs adversaires du jour.

• À lire aussi: Pas de controverse, mais une défaite pour les Panthers

• À lire aussi: Une présaison prometteuse pour les Bears

Les Alouettes l’ont emporté sur le dernier jeu du match, soit un botté de 48 verges de David Côté. Il s’est toutefois passé une multitude de choses avant d’en arriver à ce moment de joie dans le camp de Moineaux.

Avec moins de trois minutes à faire au cadran, le club montréalais a pris les devants par un point grâce à une passe de touchés de 45 verges de Trevor Harris à Reggie White fils. Les «Cats» n’avaient cependant pas dit leur dernier mot et ont inscrit un placement de 51 verges pour se redonner une priorité.

Harris et ses coéquipiers à l’attaque ont repris le ballon avec 37 secondes à faire. Le quart-arrière de 36 ans a rejoint coup sur coup Jake Wieneke et Eugene Lewis, ce qui a éventuellement permis à Côté de jouer les héros.

Continuer d’y croire

Après ce duel haut en émotion, Maciocia et ses joueurs étaient tous très heureux de la résilience démontrée dans ce match de quatre points.

«Ce dont je suis le plus fier, c’est la façon dont nous nous parlions sur les lignes de côté. Nous avons continué d’y croire et nous nous sommes battus», a exprimé celui qui porte les chapeaux de directeur général et d’entraîneur-chef par intérim.

«Quand nous avons inscrit le touché de Reggie [White fils], plusieurs gars ont célébré au banc, a raconté Harris. Anthony Calvillo nous a toutefois dit que nous devions rester concentrés et que nous aurions peut-être besoin d’inscrire d’autres points. Nous avons donc commencé à évoquer des scénarios.»

La présence d’esprit du coach des quarts-arrière s’est avérée la clé de la victoire, puisque l’attaque semblait parfaitement en contrôle malgré l’importance du moment en fin de partie.

Merci aux partisans

Il faut également souligner le boulot qu’ont fait les 21 024 spectateurs qui se sont déplacés au centre-ville de la métropole québécoise. La foule s’est fait entendre tout au long du match, mais particulièrement dans les trois dernières minutes.

«La foule a vraiment dérangé Hamilton, a analysé Côté. C’était tellement bruyant à la fin. Ça faisait longtemps que je n’avais pas entendu une foule aussi imposante. Ça l’a fait une différence. Nos partisans méritaient cette victoire-là.»

Maciocia a quant à lui versé dans la nostalgie lorsqu’il a parlé des amateurs présents au Stade Percival-Molson.

«Quelle ambiance nous avons vécue. Ça me rappelait les saisons 1998, 1999 et 2000, quand nous avions Anthony Calvillo, Mike Pringle et Ben Cahoon. C’était comme ça chaque fin de semaine. J’avais oublié comment ça pouvait être. Ça nous a aidés énormément dans notre match.»

Les Alouettes bénéficieront de leur deuxième semaine de congé de la saison dans les prochains jours. Ils renoueront ensuite avec leurs partisans le vendredi 2 septembre. Pour l’occasion, le Rouge et Noir d’Ottawa sera de passage en ville.

Tyson Philpot sonné

Dans les dizaines d’événements qui ont marqué la victoire des Alouettes, il y a notamment la vilaine blessure qu’a subie le receveur de passes Tyson Philpot.

Le joueur de première année a été complètement sonné au deuxième quart, après avoir été frappé violemment par deux adversaires. Le représentant des «Als» a perdu son casque en raison de la force de l’impact. Le relais de Trevor Harris était par ailleurs très dangereux. En termes de hockey, on pourrait dire qu’il lui a servi un passe dans les patins...

Philpot est resté au sol pendant de longues minutes, mais a heureusement été capable de quitter le terrain par ses propres moyens. Il n’est pas revenu au jeu par la suite.

«Je devrais avoir plus de détails prochainement. J’ai eu la chance de lui parler un petit peu à la mi-temps et il m’a dit qu’il allait bien», a indiqué Danny Maciocia après la rencontre.

Le choix de première ronde (neuvième au total) des Alouettes en 2022 connaissait un autre excellent match avant de se blesser. Il a attrapé trois des quatre relais envoyés dans sa direction pour des gains de 51 verges.

Une blessure qui le maintiendrait à l’écart pendant un certain moment serait une bien mauvaise nouvelle pour les Moineaux, puisque Philpot fait de plus en plus sa marque avec l’attaque. Le natif de la Colombie-Britannique joue aussi un rôle clé sur les unités spéciales, autant comme retourneur que comme bloqueur.

De plus, le demi défensif Najee Murray n’a également pas été en mesure de compléter la partie