LHJMQ

Des Remparts confiants

Publié | Mis à jour

Les objectifs de cette saison sont clairs pour le capitaine des Remparts de Québec, Théo Rochette, et le gardien de but William Rousseau, qui croient que l’édition de cette année aura tous les outils pour se rendre jusqu’au bout.

Rencontrés lors de la première journée officielle du camp d’entraînement des Diables rouges où 19 recrues ont rejoint les vétérans, les deux hockeyeurs reconnaissent toutefois qu’il y a beaucoup de chemins à faire avant de penser au championnat. Néanmoins, ils sont conscients que l’édition 2022-2023 des Remparts sera très talentueuse.

• À lire aussi: Roy veut bâtir de solides bases

• À lire aussi: Maveric Lamoureux veut dominer la LHJMQ

«En anglais, on utilise expression “unfinished business”. Il faudra que tout le monde embarque dans le bateau et rame en même temps. Notre objectif est vraiment d’aller au bout et de tout remporter», a mentionné l’homme masqué des Remparts.

Par rapport à la pression de gagner, Rousseau reconnait que, lorsqu’un sportif désire gagner, il y a une certaine pression. Le niveau de stress est plus élevé.

«C’est important d’avoir de la pression, car cela te permet de te dépasser», juge-t-il cependant.

Théo Rochette abonde dans le même sens. Le hockeyeur a mentionné que la précédente édition des Remparts avait une certaine pression, mais que la formation de cette année sera encore meilleure lors de cette campagne.

«Les attentes seront élevées, mais nous avons pris de l’expérience l’année dernière. Les gars sont plus vieux, alors ils arriveront mieux préparés et nous sommes prêts à relever le défi qui nous attend. On veut vraiment gagner cette année», a fait valoir l’attaquant qui a pris part au camp de développement des Flyers de Philadelphie.

L’endroit parfait

Questionné à savoir s’il avait des objectifs sur le plan individuel en prévision de la prochaine campagne, le capitaine des Remparts a répété sans hésiter qu’il voulait tout d’abord gagner.

«Personnellement, je veux continuer de me développer. Ici, à Québec, c’est le meilleur endroit pour ça. Je vais travailler fort dans le gymnase pour prendre du poids. De plus, je veux être davantage impliqué physiquement sur la glace», a indiqué le hockeyeur, ajoutant qu’il travaillera aussi sur d’autres aspects de son jeu, dont son accélération et son lancer.

Par rapport à l’ajout de Simon Gagné, qui s’est greffé au personnel en tant entraîneur adjoint et conseiller au directeur général, le numéro 9 des Diables rouges voit d’un très bon œil la venue de l’ancien franc-tireur des Flyers.

«C’est un gars qui a joué la “game” longtemps et il pourra apporter de l’expérience à notre groupe tout en donnant des conseils aux attaquants.»

Un portier plus occupé

L’an dernier, William Rousseau a disputé une trentaine de matchs. Sa charge de travail devrait augmenter considérablement cette saison et le portier se sent prêt à relever ce défi.

«Je me suis toujours entraîné pour être le gardien de but partant. Je suis quelqu’un qui aime disputer plusieurs rencontres en peu de temps. C’est la première fois que je vais vivre ça et je suis certain que cela va bien aller.»

D’ailleurs, celui qui a évolué il y a quelques années dans la Ligue de hockey préparatoire scolaire en Mauricie estime que sa présence au camp de développement des Sénateurs d’Ottawa lui a permis d’apprendre qu’il doit rester sur ses pieds le plus longtemps possible.

«La vitesse d’exécution est plus rapide et les joueurs sont plus patients avant de lancer. C’est vraiment la clé et je veux faire cela dans le junior», a-t-il soutenu.

En plus du hockey, William Rousseau est passionné par le monde de l’aviation. Cet été, il a poursuivi ses cours et après la réussite de son dernier examen, il obtiendra sa licence de pilote privé avant de passer ensuite à l’autre étape.

«J’ai 110 heures de vol. Lorsque j’attendrai le cap des 200, j’obtiendrai ma licence commerciale. Ensuite, je pourrai avoir un emploi d’été dans le milieu de l’aviation.»

Bien qu’il adore ce domaine, il assure toutefois que son objectif principal est de vivre de son sport.