Crédit : PASCAL HUOT / AGENCE QMI

LHJMQ

Les recrues des Remparts brisent la glace

Publié | Mis à jour

Les Remparts de Québec ont baissé pavillon par la marque de 4-2 face à l’Océanic de Rimouski lors du premier match préparatoire de l’année, hier, au Complexe sportif multidisciplinaire de L’Ancienne-Lorette

La nervosité était palpable en début de match chez les deux équipes et le jeu était quelque peu décousu. Toutefois, la cohésion s’est améliorée à la mi-période.

Les Remparts ont obtenu une bonne chance de marquer à 3 contre 1, mais ils n’ont pas été en mesure de capitaliser. À la mi-période, le premier but du match a été marqué par Shawn Pearson, qui a fait une belle redirection pour tromper la vigilance du gardien des Remparts.

Quelques minutes plus tard, le produit du Blizzard du Séminaire Saint-François Jason Beaulieu a créé l’égalité en désavantage numérique, lui qui s’est retrouvé fin seul devant le gardien adverse pour le battre avec un tir des poignets précis. Dalan Grubissa a été complice sur le jeu.

L’unité défensive des Remparts a d'ailleurs bien fait à court d’un homme limitant les menaces offensives de la formation du Bas-Saint-Laurent.

Rimouski a dominé le début de la première médiane en passant de nombreuses minutes dans la zone des locaux. Le gardien des Diables rouges, Jacob Brochu, a tenu le fort jusqu’au moment où il a été mystifié par un beau jeu de passes qui s’est soldé par un filet de Quinn Kennedy.

L’Océanic a continué de bourdonner en zone offensive sans toutefois être en mesure de doubler son avance. Quant à eux, les Remparts ont tiré à cinq reprises sur le cerbère adverse au deuxième engagement.

Dès le début du troisième tiers, Rimouski a doublé son avance par l’entremise de Spencer Gil, qui a fait bouger les cordages à l’aide d’un tir des poignets précis.

À la mi-période, Marek Legault a profité d’un retour de lancer pour réduire l’écart à un but.

Par la suite, les Remparts ont obtenu quelques bonnes chances sans pouvoir capitaliser et les visiteurs ont enfoncé le clou dans le cercueil lorsque Quinn Kennedy a enfilé de nouveau l’aiguille en avantage numérique, à moins de cinq minutes à faire à l’affrontement, pour porter le pointage à 4 à 2.