Crédit : Photo Agence QMI, Dominick Gravel

CF Montréal

Samuel Piette élargit sa palette

Publié | Mis à jour

Au cours des six dernières saisons, on a eu le temps de découvrir le talent défensif de Samuel Piette, mais cette saison, on réalise qu’il est aussi capable de contribuer à l’attaque.

Ses deux passes décisives lors des deux dernières rencontres démontrent que sa palette est plus large que ce qu’on pouvait concevoir.

«Je voulais apporter quelque chose de plus à mon jeu, a confié Piette jeudi. C’est quelque chose que j’ai toujours eu, mais avec les joueurs qu’on avait ou le style qu’on jouait, ce n’était pas toujours possible.»

«Le centre que j’ai mis à Romell [à Houston], oui il faut le centre, mais il faut aussi un joueur à l’autre bout pour la mettre dedans sinon mon centre ne vaut pas grand-chose et on n’en parle pas aujourd’hui.»

Grâce aux autres

Ce n’est pas pour rien que Piette porte le brassard de capitaine, il est capable de s’effacer pour laisser les projecteurs à ses coéquipiers. Ainsi, il ne veut pas s’attribuer tout le mérite.

Il en profite aussi pour souligner la qualité offensive de l’équipe et surtout la diversité de l’attaque.

«Avant ces deux passes décisives, j’étais capable d’apporter quelque chose offensivement sans être décisif.»

«On a tellement de qualité offensive et tellement d’options, on n’a pas juste un Nacho Piatti ou un Romell Quioto. On a Djordje Mihailovic, on a Mason Toye, on a Ali [Alistair Johnston] à droite et [Lassi Lappalainen] à gauche. Ça devient compliqué pour les adversaires et ça fait en sorte que les joueurs qui sont plus derrière, une simple passe peut se retrouver comme une assistance.»

Un leader

Wilfried Nancy n’a pas raté l’occasion de souligner les qualités de meneurs de son milieu de terrain.

«Sam, c’est un exemple de leadership. C’est grâce à lui qu’on a des résultats. Ce qu’il fait en dehors du terrain, la cohésion qu’on a dans le groupe, c’est en partie grâce à lui.»

«Ça fait chaud au cœur, a répliqué Piette. Parfois, tu fais des trucs dont tu ne vois pas l’impact directement. J’essaie d’être un bon coéquipier, un bon capitaine, une bonne personne, un bon copain, un bon papa.»

«Je pense qu’il n’y a pas que moi qui suis bon dans tout ça. Je sais que c’est cliché de dire ça, mais on a tellement un bon vestiaire, je pense que c’est le meilleur que j’aie connu depuis le début de ma carrière et je pense que ça se voit sur le terrain. C’est pourquoi on connaît du succès.»