CF Montréal

Lassi Lappalainen est soulagé

Publié | Mis à jour

Lassi Lappalainen a poussé un grand cri quand il a marqué le troisième but du CF Montréal à la 69e minute du match à Houston, samedi.

Ce joli crochet qui s’est retrouvé au fond des cordages a finalement été le but gagnant, et le milieu de terrain le méritait parce qu’il enchaîne les bonnes performances depuis quelques matchs et que son premier but en 2022 remontait au deuxième duel de la saison, le 5 mars.

«Après avoir marqué, j’ai crié : “finalement”, parce que ça faisait longtemps que je l’attendais, a-t-il avoué mardi après-midi. Je suis un peu soulagé, mais je sais aussi que j’ai toujours ça en moi.

«J’ai souvent été dans cette situation sans avoir la finition, ce que j’ai réussi cette fois-ci. C’est un jeu que je réussis souvent à l’entraînement.»

Patience

La différence cette fois-ci, c’est que le Finlandais, qui aura 24 ans la semaine prochaine, a fait preuve de patience avant de balancer sa frappe.

Une discussion la semaine dernière avec son entraîneur, Wilfried Nancy, n’est peut-être pas étrangère à la genèse de ce but.

«Il m’a seulement dit qu’il croyait en moi, il sait ce que je peux faire», a expliqué Lappalainen en ajoutant qu’il avait été question de son exécution.

«Peut-être que quand j’arrive dans le dernier tiers, je précipite un peu trop mes actions alors j’ai pris mon temps lors du dernier match.»

En santé

À sa quatrième saison à Montréal, Lappalainen a franchi pour la première fois cette saison le cap des 20 rencontres disputées. En fait, il a joué 24 des 25 parties de l’équipe, dont 22 départs.

Il n’avait jamais pu faire mieux que 15 matchs à ses trois premières campagnes, étant affecté par plusieurs blessures qui ont ralenti sa progression.

Cette saison, en plus de trouver son rythme sur le plan physique, il a aussi apprivoisé une nouvelle position dans le couloir gauche et il semble maintenant la maîtriser.

«Je pense que c’est un peu des deux, dit-il pour expliquer ses succès en deuxième moitié du calendrier. Quand tu joues tous les matchs, ta touche sur le ballon est meilleure, mais je suis aussi plus à l’aise à ma position.»

Lappalainen et ses coéquipiers recevront le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, samedi soir.