Crédit : AFP

NASCAR

Une épreuve vers l’inconnu

Publié | Mis à jour

La série NASCAR vivra une première mardi soir alors que ses pilotes s’affronteront sur un circuit de terre battue.

Vingt-trois compétiteurs ont confirmé leur participation à cette épreuve historique qui sera présentée sur le territoire de la réserve autochtone d’Ohsweken, située à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Hamilton, en Ontario.

• À lire aussi: Stoffel Vandoorne couronné champion du monde de Formule E

• À lire aussi: Evans remporte le 1er ePrix de Séoul, titre encore en jeu

Outre les pilotes engagés à temps plein dans la série canadienne, quelques grosses pointures de la spécialité s’y sont donné rendez-vous pour mettre la main sur la bourse alléchante de 25 000 $ octroyée au vainqueur.

Du nombre, on retrouve Stewart Friesen, considéré comme l’un des candidats sérieux à la victoire même s’il n’a jamais roulé à bord d’un bolide de la série Pinty’s. Le natif de Niagara-on-the-Lake est inscrit à temps plein depuis 2018 dans la série des camionnettes Camping World et l’un de ses trois gains (en 133 départs) a été justement acquis sur le tracé de terre battue d’Eldora, en Ohio, en 2019.

Friesen a fait de cette surface un véritable terrain de jeu, sur lequel il peut y disputer jusqu’à cinq courses par semaine malgré son horaire chargé. Il a aussi l’avantage de connaître la piste Ohsweken.

Deux autres invités de marque, et également spécialistes de terre battue, vont faire le déplacement, soit Christopher Bell, pilote à temps plein en Coupe NASCAR, et le vétéran de 67 ans Ken Schrader, qui a mis un terme en 2013 à un parcours de 29 ans en Coupe NASCAR.

Lessard confiant

Parmi les neuf Québécois présents à Ohsweken, Raphaël Lessard souhaite profiter de son expérience de la terre battue pour se mêler aux favoris.

Le pilote de Saint-Joseph-de-Beauce s’était illustré sur cette surface à Bristol, au Tennessee, dans la série des camionnettes NASCAR en 2021, en ralliant l’arrivée au troisième rang.

«C’est un avantage d’avoir roulé sur la terre battue, a indiqué Lessard, mais ça demeure un gros défi. Pour être compétitif, il faut trouver la bonne trajectoire. Plus l’épreuve avance, plus les conditions de la piste changent.»

Pour les pilotes, c’est une course vers l’inconnu puisque la plupart n’ont pratiquement aucune expérience sur ce type de chaussée.

«C’est bon pour la visibilité, d’indiquer Marc-Antoine Camirand. Je ne pense pas qu’on sera capable de suivre les Friesen et Bell, mais nous, les pilotes réguliers, sommes tous dans le même bateau.»

Prestige

Même son de cloche de la part de Louis-Philippe Dumoulin.

«On veut prouver qu’on peut rivaliser avec les meilleurs et la présence de ces pilotes de renom va ajouter au prestige de la série, dit-il. Nous, on est dans une course au championnat, alors il faut d’abord penser à récolter des points précieux.»

Spectateur attentif, Dominic Lussier, copropriétaire de l’Autodrome Granby, fera le déplacement à Ohsweken. «Nous sommes en discussion avec NASCAR pour organiser une course de la série Pinty’s sur terre battue depuis 2015, a-t-il souligné. Si l’expérience s’avère fructueuse, le dossier pourrait progresser au cours des prochains mois. On vit d’espoir pour l’année prochaine.»