Omnium banque Nationale

Une finale inattendue à prévoir

Publié | Mis à jour

Le présent tournoi masculin de l’Omnium Banque Nationale se conclura forcément, dimanche à Montréal, avec une finale inattendue. Au mieux, le joueur issu du bas du tableau sera classé au 23e rang mondial.

Dans cette portion, déjà dégarnie des têtes de série 2, 3 et 5 avant la journée de jeudi, Pablo Carreno Busta, Daniel Evans, Tommy Paul et Jack Draper ont chacun atteint les quarts. Ils ont écarté respectivement, au troisième tour, Jannik Sinner, Taylor Fritz, Marin Cilic et Gaël Monfils, ce dernier étant victime d’une blessure. Carreno Busta, 23e au monde, demeure le mieux classé parmi les joueurs en lice en bas de tableau après avoir vaincu Sinner, septième tête de série, en deux manches de 6-2 et 6-4, jeudi soir.

«Chaque joueur dans ce tournoi demeure un excellent athlète et je suis simplement heureux d’en faire partie en ce moment», a réagi Draper, néanmoins conscient de l’opportunité qui s’offre à lui.

Evans, un compatriote britannique, en est un autre qui, toujours dans le bas du tableau, pourrait en profiter pour atteindre la demi-finale, voire même la finale. Il a fait preuve de persévérance, jeudi, pour finalement écarter Fritz, 10e favori, en trois manches de 7-6 (5), 1-6 et 7-5. Servant pour le match au dixième point de la troisième manche, il a été brisé, mais a répondu lui-même par un bris. Il lui suffisait ensuite de servir à nouveau correctement pour enlever les honneurs de la partie.

«Daniel est un joueur incroyablement talentueux et je pense qu’il devrait se retrouver plus souvent comme ça dans les derniers jours d’un tournoi, a vanté le jeune Draper. Il a toujours été très gentil avec moi et m’a toujours influencé à croire en moi.»

MONFILS_DRAPER -

En plus de Tsitsipas, Carlos Alcaraz et Andrey Rublev sont ceux qui avaient été éliminés prématurément pour laisser le chemin libre dans le bas du tableau.

Dans la journée de vendredi, Evans sera confronté à Paul, 34e raquette mondiale, vainqueur en deux manches de 6-4 et 6-2 contre Cilic, 13e tête de série. Peu de gens auraient prédit la présence d’Evans ou de Paul dans le carré d’as avant le début de la compétition.

De quoi rappeler Raonic...

Le haut du tableau demeure plus corsé, malgré l’élimination du favori Daniil Medvedev, avec Nick Kyrgios, Hubert Hurkacz, Casper Ruud et Félix Auger-Aliassime qui ont accédé aux quarts de finale.

Il n’en demeure pas moins que la finale en sera une inédite, sans véritable ténor, comparativement aux précédents tournois masculins disputés à Montréal. Lors de la plus récente édition, en 2019, le favori Rafael Nadal avait battu Medvedev, alors huitième tête de série, en finale.

La présence du Canadien Milos Raonic au match ultime de 2013 ressemble davantage à ce qui risque de se passer, en bas de tableau, d’ici dimanche. Rappelons que cette année-là, Raonic avait d’ailleurs battu son compatriote Vasek Pospisil en demi-finale.

L’absence des Alexander Zverev, Nadal et Novak Djokovic laissait croire à de possibles invités-surprises tard dans le tournoi, mais peut-être pas à ce point.

Finalistes des plus récents tournois masculins disputés à Montréal (entre parenthèses : tête de série au moment de la compétition)

2019 = Rafael Nadal (1) et Daniil Medvedev (8)

2017 = Alexander Zverev (4) et Roger Federer (2)

2015 = Andy Murray (2) et Novak Djokovic (1)

2013 = Rafael Nadal (4) et Milos Raonic (11)

2011 = Novak Djokovic (1) et Mardy Fish (6)