Crédit : MARCEL TREMBLAY/AGENCE QMI

LNH

«Ça achève, je veux en profiter» - Fleury

Publié | Mis à jour

À l’aube de sa 19e campagne dans la Ligue nationale de hockey (LNH), Marc-André Fleury a toujours le feu sacré et il veut savourer chaque moment avant son chant du cygne.

«J’ai encore le goût de jouer, j’aime encore ça. Je suis chanceux de pouvoir continuer. Le corps tient bon, il est plus vieux qu’il était, par contre», a lancé Fleury avec le sourire, lors d’une rencontre avec les médias, mardi dernier, au Pro-Am Gagné-Bergeron.

Après avoir passé 13 saisons à Pittsburgh, le gardien a connu trois dernières années mouvementées, passant de Las Vegas à Chicago, avant d’être expédié au Minnesota, en mars dernier. Fleury, qui aura 38 ans en novembre prochain, se voit terminer sa carrière avec le Wild. Il a d’ailleurs signé un contrat de deux ans avec l’équipe, en juillet. L’entente lui rapportera 3,5 millions $ par saison.

«Je vais prendre les choses en considération dans deux ans, mais je doute que ça continue par la suite», a admis le principal intéressé.

Avec le départ de Cam Talbot, échangé aux Sénateurs d’Ottawa, Fleury sait qu’il sera un homme occupé la saison prochaine. Il ne se fait pas d’attentes particulières en ce qui a trait à sa charge de travail.

«Ça achève [ma carrière], je veux en profiter, je veux m’amuser et gagner, a-t-il dit. C’est à l’entraîneur de prendre les décisions. Je n’avais aucun problème à partager le filet avec Cam Talbot. Je peux jouer plus aussi, j’adore jouer. On va voir comment le corps tient durant la saison.»

Hockey Canada

Par ailleurs, Fleury a semblé mal à l’aise lorsqu’il fut questionné au sujet de Hockey Canada.

L’organisation nage dans la tourmente, en raison d’une allégation de viol collectif de huit de ses joueurs ayant participé au Championnat mondial junior 2018. Or, des informations ont circulé à propos d’une autre agression sexuelle en groupe qui aurait impliqué des joueurs de l’édition 2003. Fleury était le gardien partant de cette formation qui a remporté la médaille d’argent.

«Je n’ai pas de commentaire, merci», s’est-il contenté de répéter à deux occasions.