Crédit : PHOTO AGENCE QMI FRÉDÉRIC MARCOUX.

LNH

Les Sénateurs ont ce qu'il faut, selon Thomas Chabot

Publié | Mis à jour

QUÉBEC - Avant le dernier repêchage de la LNH, Brady Tkachuk et Thomas Chabot ont fait savoir au directeur général des Sénateurs d’Ottawa, Pierre Dorion, qu’il était temps de passer au prochain niveau: le message a été entendu et le Québécois est agréablement surpris.

Rencontré en marge du Pro-Am Gagné-Bergeron cette semaine, le Beauceron n’a pas caché son optimisme. Il ne prévoyait pas de voir un marqueur de 40 buts en Alex DeBrincat, un vétéran de la qualité de Claude Giroux et un gardien de la trempe de Cam Talbot atterrir à Ottawa en l’espace de quelques semaines.

«C’est excitant, a dit Chabot. Un gars comme Claude Giroux a une carrière extraordinaire jusqu’à maintenant et il vient du coin. Il amène du talent et de l’expérience, ce qui va aider notre jeune groupe. Un gars comme DeBrincat, bien, n’importe quelle équipe rêverait d’avoir un marqueur capable de marquer 40 buts par saison comme ça. [...] Le fait d’avoir un gardien comme Cam Talbot va amener beaucoup de stabilité devant le filet.»

Selon le défenseur, les Sénateurs risquent d’être plus attirants sur le marché des joueurs autonomes dans les prochaines années. Conscient que la section Atlantique sera relevée, Chabot estime néanmoins que son équipe a les outils pour faire un bon bout de chemin.

«C’est vraiment agréable de faire un pas de l’avant pour gagner et faire les séries, a-t-il indiqué. On est réaliste, notre division est vraiment difficile. On a beaucoup de travail à faire, mais c’est certain qu’on s’est beaucoup améliorés.»

Le fruit du travail

Chabot souligne que le noyau de l’équipe a progressé lors des dernières saisons. Il soutient que la ville et les partisans méritent de récolter le fruit du travail des dernières années.

«On a beaucoup de jeunes qui progressent chaque saison, mais au bout du compte, on veut gagner des matchs et faire les séries, a-t-il tranché. Oui, c’est le "fun" de développer tout le monde, mais on joue au hockey pour avoir la chance de gagner la coupe Stanley.»