SPO-CANADA VS CZECH REPUBLIC

Crédit : Photo d'archives Agence QMI

Hockey

Hockey Canada à la recherche d’un responsable de la sécurité sportive

Publié | Mis à jour

Hockey Canada aura vraisemblablement un département qui s’occupera de la gestion des agressions sexuelles au sein de l’organisation, puisque la fédération a publié mercredi une offre d’emploi afin d’engager un directeur en sécurité sportive – maltraitance, harcèlement et abus.

En juillet, la fédération avait modifié son fonds couvrant les abus sexuels, le réservant dorénavant aux questions de sécurité, de bien-être, d’équité et d’assurance. Le comité de révision de la gouvernance de Hockey Canada jugera d’ailleurs à savoir si l’organisation devra se doter d’un nouveau fonds de réclamation pour les agressions sexuelles.

Sur la plateforme d’embauche LinkedIn, Hockey Canada explique être à la recherche d’une personne qui pourra mener le développement et l’implantation d’une stratégie sur plusieurs années quant aux questions de maltraitance, de harcèlement et d’abus.

Ce plan d’action, qui devra inclure une façon simple de rapporter des incidents, devra être établi à l’échelle nationale et à tous les niveaux. Il en va de même pour un programme d’éducation sur ces problématiques.

La personne recherchée devra établir les priorités de la fédération et s’assurer que le plan est en accord avec celui des autres instances du sport canadien. L’évaluation des nouvelles mesures devra être faite dans des rapports trimestriels.

Pour obtenir l’emploi, un candidat doit avoir cumulé un minimum de sept ans de travail dans le domaine de la sécurité du sport ou de la protection de l’enfant. Il devra par ailleurs faire la liaison entre Hockey Canada et les parents, les parties prenantes ou les autres organisations touchés par la question de maltraitance, de harcèlement et d’abus.

La semaine dernière, le président du conseil d’administration de Hockey Canada, Michael Brind’Amour, a préféré remettre sa démission, dans la continuité des allégations de viol collectif commis par des joueurs de l’équipe nationale junior en 2018. L’organisation avait réglé le dossier hors cour avec la présumée victime. Brind'Amour a depuis été remplacé de façon intérimaire par Andrea Skinner.