Crédit : AFP

Omnium banque Nationale

Un choc Kyrgios-Medvedev au deuxième tour

Publié | Mis à jour

Lors du dévoilement du tableau principal, les observateurs salivaient à l’idée d’un choc entre le joueur de l’heure, Nick Kyrgios, et le numéro 1 mondial, Daniil Medvedev. Après la victoire de l’Australien au premier tour mardi, c’est maintenant confirmé.

Kyrgios a signé une victoire sans trop forcer contre l’Argentin Sebastian Baez, devant une foule conquise d’avance. Il l’a emporté en deux manches identiques de 6-4.

Encore une fois, Kyrgios a montré toute l’étendue de son talent. Après avoir pris une avance confortable, il a bien géré les échanges pour remporter la première manche, malgré une remontée de l’Argentin. Puis, la deuxième manche a ressemblé à la première: les frappes de l’Australien y étaient fluides et précises.

«Je suis très fatigué, a exprimé le 37e joueur mondial. Après le tournoi de Washington, j’ai sauté dans l’avion et nous sommes arrivés à 3h du matin à Montréal.

«Je n’ai pas eu le temps de m’entraîner. Je suis très impressionné par ma performance aujourd’hui [hier]. Sebastian [Baez] connaît la meilleure saison de sa carrière et il est tout un compétiteur.

«Je suis content de pouvoir donner aux amateurs le choc contre Medvedev qu’il voulait au deuxième tour.»

Il sera intéressant de voir son niveau d’énergie: il a joué beaucoup de tennis dans la dernière semaine.

«Ça sera difficile. Physiquement et mentalement, je ne suis pas aussi frais que je voudrais l’être, a ajouté Kyrgios. Medvedev vient de remporter un tournoi à Los Cabos. Je pense qu’il sera un peu fatigué. Enfin, je le souhaite.

«Je vais aller sur le terrain et avoir du plaisir. Je veux jouer du mieux que je peux. Ce n’est pas un mauvais résultat si tu perds contre Medvedev.»

À cœur ouvert

Malgré sa réputation de mauvais garçon, Kyrgios a le cœur à la bonne place. Il a levé le voile sur les embûches qu’il vit à l’extérieur du terrain.

«Ce n’est pas facile de maintenir de bonnes habitudes alors que ma mère est à l’hôpital en ce moment et que mon père a aussi connu des ennuis de santé, a-t-il raconté. Mon frère vient d’avoir un bébé. Je ne suis pas avec ma famille comme une personne normale le souhaiterait.

«C’est dur d’être originaire de l’Australie parce que je ne peux pas faire d’aller-retour. Il y a plusieurs choses que les gens ne voient pas. Ils me voient gagner, perdre, lancer une raquette ou faire ce type de choses.

«Ils ne comprennent pas les défis que nous avons et ce qui se passe dans nos vies personnelles. Il y a tellement de petites choses avec lesquelles nous devons composer au quotidien comme d’essayer de battre des joueurs comme Daniil Medvedev. Ça semble impossible.»

Sur le plan sportif, Kyrgios s’est pris en main dans la dernière année. Il a adopté de nouvelles habitudes de vie qui rapportent des dividendes.

«Ça prend beaucoup de travail comme de se lever avec une attitude positive au quotidien, a expliqué l’athlète de 27 ans.

«Je n’ai pas d’entraîneur ou de personne à Sydney qui me conduit à l’entraînement. Je dois me lever et organiser mes entraînements au gymnase et sur le terrain. Je dois me pousser moi-même.

«Je m’entraîne entre trois et cinq heures par jour. Je m’assure d’avoir de bonnes périodes de repos et de bien manger. Je fais cela tous les jours.»

Plus motivé

Kyrgios joue le meilleur tennis de sa carrière. Il est motivé plus que jamais.

«J’ai eu de beaux accomplissements avant la semaine dernière, a souligné Kyrgios. J’ai plus d’éléments de motivation autour de moi maintenant. Je vois que je suis une source d’inspiration pour plusieurs personnes par la façon dont je joue.

«Avant les Internationaux d’Australie, j’ai décidé que je voulais m’entraîner afin d’avoir une bonne saison. Je voulais me réinventer un peu.

«Je voulais prouver à tout le monde que je suis un très bon joueur de tennis et que je peux jouer au plus haut niveau et gagner des tournois.»