Crédit : AFP

LNH

David Krejci serait revenu, avec ou sans Bruce Cassidy

Publié | Mis à jour

C’est à Patrice Bergeron, et non au congédiement de Bruce Cassidy, que les Bruins doivent le retour de David Krejci.

Lorsque le directeur général Don Sweeney a décidé de congédier son entraîneur-chef Bruce Cassidy, cet été, il avait laissé entendre qu’une «nouvelle voix» allait être bénéfique pour certains joueurs.

Krejci avait quitté les Bruins pour jouer dans sa Tchéquie natale en 2021-2022. Or, son nouveau contrat d’une saison avec les Bruins, il l’aurait signé avec ou sans Cassidy.

«Ce serait une bonne histoire si je disais oui, a lancé Krejci lors d’une conférence de presse, mardi. Ma décision a été prise avant qu'ils n'engagent le nouvel entraîneur. Le licenciement [de Cassidy] n'a rien à voir avec ma décision de revenir.

Jouer avec les gars

Krejci envisageait la possibilité d’être de retour au Massachusetts depuis un moment. Il a révélé que ce sont des discussions avec le Québécois Patrice Bergeron – qui a lui aussi pris la décision de disputer au moins une saison supplémentaire avec les Bruins – et David Pastrnak qui l’avaient motivé à traverser l’océan Atlantique à nouveau.

«Je dois donner crédit à Bergeron et à lui [Pastrnak]. Nous avons eu tellement de conversations au cours des derniers mois sur le fait de revenir ou non. Ils sont la raison pour laquelle je voulais revenir. Jouer à nouveau avec ces gars.»

Krejci a amassé 20 buts et 46 points en 51 parties avec l’Olomouc HC, en première division tchèque, la saison dernière. Il a par ailleurs totalisé 215 filets et 730 points en 962 matchs dans la Ligue nationale de hockey, tous avec les Bruins.

S'il est maintenant plus proche de la retraite que du jour où il a été repêché, l’attaquant de 36 ans estime qu’il peut encore en donner beaucoup au Bruins.

«Je sens que j'ai encore beaucoup à offrir. Je sais que les gens parlent de mon âge, mais ce n'est qu'un chiffre. Je suis en forme et je reviens évidemment pour essayer d'aller jusqu'au bout», a-t-il affirmé.