Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

Alouettes de Montréal

Les Alouettes repensent leur ligne offensive

Publié | Mis à jour

Insatisfaits de la performance de la ligne à l’attaque depuis le début de la saison, les entraîneurs des Alouettes de Montréal ont décidé de brasser les cartes.

En début de semaine, les gros bonshommes ont été prévenus qu’ils seraient tous en compétition pour les cinq postes de partant en vue de l’affrontement de jeudi contre les Blue Bombers à Winnipeg.

• À lire aussi: Keishawn Bierria avec les Alouettes

«Toutes les options sont sur la table», a affirmé le directeur général et entraîneur-chef par intérim Danny Maciocia après l’exercice de lundi.

«Je ne pense pas que nous sommes dans une situation où quelqu’un peut se sentir à l’aise dans son poste. Ils vont devoir compétitionner», a ajouté celui dont la formation a maintenu un dossier de 2-6 jusqu’à maintenant en 2022.

Dans les faits, il y a plutôt deux compétitions qui se déroulent présentement au sein de la ligne offensive des Moineaux. Il y a celle entre Nick Callender et Chris Schleuger au poste de bloqueur à gauche, alors qu’il serait très surprenant de voir Landon Rice perdre son poste à droite. La deuxième implique Kristian Matte, Pier-Olivier Lestage, Philippe Gagnon, David Brown et Sean Jamieson pour le poste de centre et ceux de gardes.

«Nous sommes dans les bas-fonds [de la ligue] pour les sacs du quart accordés. Nous voulions brasser un peu les choses et amener un niveau de compétition plus élevé à l’interne», a pour sa part exprimé l’entraîneur de la ligne à l’attaque des Alouettes, Luc Brodeur-Jourdain.

«La réalité du sport professionnel»

De leur côté, les joueurs mis sur la sellette cette semaine affirment comprendre les raisons derrière ce chamboulement.

«Nous connaissons notre réalité et nous savons que nous n’avons gagné que deux matchs cette année. [...] Il faut essayer tout ce que nous pouvons. Nous allons voir ce qui marche le mieux», a dit le vétéran Kristian Matte.

«C’est la réalité du sport professionnel et personne n’est assuré d’avoir un poste. Nous essayons différentes combinaisons, a renchéri le garde Philippe Gagnon.

«Il n’y a personne qui est satisfait de ce que nous avons fait jusqu’à maintenant. Ce n’est pas mauvais de mur-à-mur. Nous avons fait de bonnes choses, mais il ne s’agit pas du standard que nous avons établi l’an dernier.»

Parlant de l’an dernier, Maciocia avait parié sur la continuité en offrant le même jour de novembre des prolongations de contrat de deux ans à Matte, Gagnon, Jamieson et Rice.

Près de neuf mois plus tard, deux d’entre eux pourraient être confinés aux lignes de côté.

Matte au centre?

Par ailleurs, Matte a effectué plusieurs répétitions au centre pendant l’entraînement de mardi, un poste qui appartient à Jamieson depuis le début de la saison.

Au courant de sa longue carrière, le Québécois de 36 ans a déjà évolué à cette position, quand une blessure imposait un changement.

«J’ai toujours dit que Kristian est un bon centre, mais un excellent garde. L’important pour lui, c’est de retrouver ses repères et d’avoir confiance en son jeu», a exprimé Brodeur-Jourdain.

Le principal intéressé semble plutôt vouloir démontrer qu’il mérite de garder la position de garde à droite, mais fera ce qu’on lui demande.

«C’est sûr que nous avons tous nos préférences, mais il s’agit d’un sport d’équipe et faire ce que les entraîneurs nous demandent, a-t-il affirmé. Tant que je peux frapper quelqu’un, je vais être content.»