Crédit : AFP

Blue Jays - MLB

Whit Merrifield à 100 % avec les Jays

Publié | Mis à jour

La formation des Blue Jays de Toronto montrait déjà une belle profondeur et Whit Merrifield ajoutera son grain de sel. Le nouveau joueur de l’équipe, qui est finalement vacciné contre la COVID-19, a fait ses débuts jeudi soir contre les Twins, au Minnesota.

Utilisé au champ centre, le vétéran de 33 ans a entamé son opération séduction en produisant un point grâce à deux coups sûrs dans la victoire des Jays de 9 à 3. 

Merrifield a fait parler son bâton, mais au cours des prochaines semaines, il pourrait être utilisé à toutes les sauces par le gérant intérimaire John Schneider. Chez l’ancien des Royals de Kansas City, c’est la vitesse et la polyvalence qui se démarquent. 

«C’est parfait pour lui. Nous avons parlé des moments où il aime courir et le genre de choses qu’il aime faire sur les coussins. C’est agréable de parler de ce genre de choses avec un gars qui a une vraie passion pour ça. Il s’intégrera parfaitement», a confié Schneider au site web du baseball majeur, jeudi. 

«Il est un vrai professionnel. Il est préparé, il fait ses devoirs. Il est agressif et athlétique. Il a vraiment tout ce que nous pouvions demander», a ajouté l’entraîneur du premier but et des voltigeurs Mark Budzinski, répondant au «Toronto Sun». 

En plus de Merrifield, les George Springer et Lourdes Gurriel fils des Jays ont aussi connu de bonnes rencontres. Ç’a de quoi réjouir Vladimir Guerrero fils, auteur d’un retentissant circuit de trois points face aux Twins. 

«C’est génial. C’est un excellent alignement. Comme je l’ai déjà dit, nous essayons d’être là les uns pour les autres. Peu importe qui joue, je sais que ce sera bon», a confié le Dominicain via un interprète. 

Enfin vacciné 

S’il a convaincu les entraîneurs de la formation torontoise pour ses qualités au baseball, Merrifield devait se racheter auprès des partisans puisqu’il aurait bien pu ne jamais jouer au Rogers Centre en raison de son statut vaccinal. 

L’Américain avait été écarté de la formation des Royals à leur dernier passage au Canada, en juillet. Il avait ajouté de l’huile sur le feu en mentionnant qu’il ne recevrait le vaccin que s’il était échangé à une équipe pouvant aspirer aux grands honneurs. Jeudi, il a confirmé avoir reçu le vaccin. 

«Pendant quelques semaines, j’ai compris qu’une transaction pouvait être une possibilité. Je serai à Toronto quand l’équipe y sera», a confié Merrifield. 

«C’est une situation que j’aurais pu gérer un peu mieux, mais ce qui est fait est fait et je suis excité d’être un Blue Jay. J’ai hâte d’aller à Toronto et faire du Rogers Centre ma maison.»