CF Montréal

Une victoire pour Jason Di Tullio

Publié | Mis à jour

Le CF Montréal semblait habité par la résilience et la combativité du regretté Jason Di Tullio, mercredi, lors des derniers instants de sa victoire face au Crew de Columbus.

C’est la gorge nouée que l’entraîneur-chef Wilfried Nancy a salué l’effort de son groupe au terme de la rencontre. Frustrés pendant l’écrasante majorité du duel, ses hommes ont finalement marqué deux buts en six minutes en toute fin de match pour l’emporter 2 à 1.

«J’avais de l’émotion après cette victoire parce qu’on l’a représenté [Jason Di Tullio], a confié Nancy. Je ne suis pas surpris de ce qu’on a fait.»

«Nous nous sommes fait voler les trois points le dernier match, mais ce soir. “La Grinta” était en nous, a corroboré le défenseur Joel Waterman, auteur du but gagnant, en référence au surnom de l’ex-entraîneur adjoint. Je pense à lui, à sa famille et à tout le monde qui l’a connu. C’était un moment spécial pour tous les gens impliqués.»

Dans les dernières années, le CF Montréal a habitué ses partisans à des fins de match spectaculaires... mais peu souvent fructueuses. Cette fois, malgré une interruption de 90 minutes causée par des orages qui avait toutes les raisons de casser le rythme effréné de l’équipe montréalaise, les joueurs sont parvenus à puiser au fond de leur ressources pour s’enfuir avec la victoire à l’étranger.

«C’est nous, on est comme ça, a résumé Nancy. L’année dernière on l’a montré, cette année on continue. La progression, c’est que cette fois-ci on marque le but de la victoire.

«Excusez-moi du terme, mais p*tain que c’est bon.»

De la musique et du Nutella

Habituellement, un tel délai plaît à l’équipe qui tire de l’arrière, lui donnant l’occasion de bénéficier d’un long temps d’arrêt pour prendre des forces et revoir ses stratégies. Toutefois, mercredi, le CF Montréal dictait l’allure du match depuis le début de la seconde mi-temps et semblait à un cheveu de créer l’égalité au moment où le ciel s’est assombri. C'est plutôt le Crew qui a semblé pousser un soupir de soulagement.

Les ajustements stratégiques de Nancy ont ainsi été très sommaires lors de ce long moment d’attente; il s’en est plutôt remis à ses joueurs pour se préparer pour le sprint final de la rencontre.

«On a laissé les joueurs, ils se sont parlé entre eux, et on a dit qu’on allait gagner ce match-là. Tout le monde a fait son travail, même les gars sur le côté ont poussé. En tant que coach, O.K., le résultat, mais la manière était extraordinaire», a-t-il louangé.

Le secret de la victoire? Un peu de musique et de tartinade aux noisettes, selon Waterman.

«Nous avons un peu relaxé et écouté de la musique. On commençait à sentir le poids du match sur notre corps et à avoir faim. J’ai mangé une cuillère de Nutella [...] et je crois que je devrai faire ça à tous les matchs maintenant.»

«C’est difficile de s'asseoir et de trouver la façon de revenir dans ce match alors qu’on tire de l’arrière, a conclu Kei Kamara, troisième meilleur buteur de l’histoire du circuit. Réussir cela grâce à notre force de caractère est quelque chose d’immense.»