LNH

Canucks : Ty Young vit un rêve

Publié | Mis à jour

Bien qu’il soit originaire de Calgary, le gardien Ty Young a toujours été un partisan des Canucks de Vancouver. Il a donc sauté de joie lorsque l’équipe de la Colombie-Britannique l’a repêché en cinquième ronde cet été.

Young a grandi en encourageant les frères Henrik et Daniel Sedin, de même que le Québécois Roberto Luongo. Il avait donc les yeux bien ronds, le mois dernier, lorsqu’il a pu sauter sur la glace avec ses idoles de jeunesse, au camp de développement des Canucks.

«Cela ne semble pas réel, a déclaré Young, selon le site officiel des Canucks. J'ai l'impression de vivre dans un rêve. C'est un sentiment fou de pouvoir simplement regarder à l’autre bout de la glace et les voir, ou quand ils se sont assis et ont dîné avec nous. Ce n'est pas comme à la télévision, si loin de nous. Vous leur parlez réellement.»

Young, qui soufflera ses 18 bougies au mois de septembre, a connu une saison atypique pour un joueur repêché dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Il a en effet amorcé la saison avec les Canucks de Calgary, dans la Ligue de hockey junior de l’Alberta, avant de la terminer avec les Cougars de Prince George, dans la Ligue de hockey junior de l’Ouest (WHL).

Il a montré une fiche de 6-9-3, un taux d’efficacité de ,899 et une moyenne de buts alloués de 3,50 avec les Cougars. Des statistiques qui n’ont rien d’extraordinaire, certes, mais les Canucks aiment son potentiel.

L’organisation compte maintenant sur l’entraîneur des gardiens Ian Clark, qui a travaillé avec de nombreux gardiens de qualité en Luongo, Sergei Bobrovsky et Jacob Markstrom, notamment, pour aider l’espoir dans son développement.

«Quand je suis arrivé ici la première fois, il a gonflé mon ego, mais quand on a sauté sur la glace, il l’a fait descendre, a raconté Young à propos de l’instructeur. C'est un très bon entraîneur de gardiens de but et il a un C.V. impressionnant, alors j'essaie juste de tout assimiler et j'espère que je pourrai devenir un meilleur gardien de but.»