Crédit : AFP

F1

F1: Alonso sera le coéquipier de Stroll en 2023

Publié | Mis à jour

Quelques jours après avoir confirmé la retraite du pilote Sebastian Vettel à la fin de la présente saison, l’écurie de Formule 1 Aston Martin a annoncé lundi, non sans surprise, que ce baquet laissé vacant serait occupé par Fernando Alonso l’an prochain.

L’équipe dirigée par le milliardaire québécois Lawrence Stroll n’a donc pas tardé à remplacer un champion du monde par un autre. Alonso sera donc le nouveau coéquipier de Lance Stroll, le fils du patron.

 L’Espagnol, qui a célébré son 41e anniversaire de naissance vendredi dernier, est le doyen des 20 engagés au Championnat du monde de F1. Son palmarès montre deux titres (2005 et 2006), 32 victoires (6e plus haut total de l’histoire) et notamment 98 présences sur le podium.

32 millions $ par saison

Selon toute vraisemblance, il aurait signé une entente de deux ans, plus une année d’option, à raison de 32 millions de dollars canadiens par saison.

«J’ai regardé cette équipe attirer des gens de valeur qui ont appris à gagner, a écrit Alonso sur son compte Instagram. Et j’ai été informé que l’organisation avait de grandes ambitions pour les années futures.»

«Nous sommes tous conscients qu’il y a beaucoup de travail à accomplir pour atteindre le niveau de performances des puissances du plateau, a-t-il renchéri, mais si chacun met toute son énergie, on parviendra à réaliser nos objectifs.»

Pour rejoindre Graham Hill

Après avoir temporairement quitté la F1 pour s’adonner à d’autres disciplines en 2019 et 2020, Alonso a effectué sa rentrée en F1 l’an dernier, quand il a accepté l’offre de l’écurie française Alpine. Cette même formation (ex-Renault) qui lui a procuré ses deux championnats du monde.

En 2017, pourtant pilote à temps plein en F1, il fait l’impasse sur l’épreuve mythique du Grand Prix de Monaco pour tenter sa chance à la Classique annuelle des 500 Milles d’Indianapolis.

Brillant à ses premiers tours de roue sur le célèbre circuit ovale, il a été toutefois contraint à l’abandon à 21 tours de l’arrivée alors qu’il était en lutte pour les grands honneurs.

Sa fiche indique aussi deux victoires aux 24 Heures du Mans (2018 et 2019) et deux gains dans les rues de Monaco en F1. Il a tenté une nouvelle chance de remporter le Indy 500 en 2019, mais n’a pas été en mesure de se qualifier, perdant ainsi tout espoir de décrocher la «Triple couronne».

Le regretté Britannique Graham Hil (père de Damon) est le seul pilote de l’histoire à avoir réussi cet exploit qui consiste en des victoires lors des trois épreuves de course automobile les plus prestigieuses (Grand Prix de Monaco, Indy 500 et 24 Heures du Mans) sur la planète.

Pour ajouter à sa feuille de route étoffée, Alonso a pris le départ en 2020 de l’éprouvant Rallye Dakar, qu’il a terminé au 13e rang.

Stroll comblé

«Je connais Fernando depuis longtemps, a dit Lawrence Stroll. Il a toujours été clair que sa réputation de gagnant correspondait à notre vision.»

«Il était donc naturel d’inviter Fernando à faire partie du développement de notre équipe», a-t-il ajouté.

Contrairement à Vettel, le vétéran espagnol ne donne pas cette impression d’avoir perdu le feu sacré.

Au récent Grand Prix du Canada, notamment, il avait pris le départ en première ligne, après avoir inscrit le deuxième chrono le plus rapide dans la dernière ronde des qualifications.

FERNANDO ALONSO

Né le 29 juillet 1981 (41 ans) à Oviedo, en Espagne

› Départs en F1 : 347 (2e rang de tous les temps)

› Victoires : 32 (6e rang)

› Positions de tête : 22 (13e rang)

› Podiums : 98 (6e rang)

› Premier GP : Australie 2001 (Minardi) – 12e à l’arrivée

› Première victoire : Hongrie en 2003 (Renault)

› Dernière victoire : Espagne en 2013 (Ferrari)

› Écuries fréquentées : Minardi (2001), Renault (2002 à 2006), McLaren (2007), Renault (2008 et 2009), Ferrari (2010 à 2014), McLaren (2015 à 2018) et Alpine (2021 et 2022). En 2019 et 2020, il s’est retiré temporairement de la F1.

› Champion du monde en 2005 et 2006

Meneurs – GP disputés

Au GP de Singapour, le 2 octobre prochain, Alonso pourrait devenir le pilote ayant disputé le plus de Grands Prix dans l’histoire de la F1. Avec 350 départs à sa fiche, Kimi Räikkönen, qui a quitté la discipline à la fin de 2021, est actuellement le meneur de tous les temps.

1. Kimi Räikkönen (FIN) 350 départs

2. Fernando Alonso (ESP) 347

3. Rubens Barrichello (BRÉ) 323

4. Michael Schumacher (ALL) 307

5. Jenson Button (G.-B.) 306

6. Lewis Hamilton (G.-B.) 301

7. Sebastian Vettel (ALL) 290

8. Felipe Massa (BRÉ) 269

9. Riccardo Patrese (ITA) 256

10. Jarno Trulli (ITA) 252

Au Grand Prix du Canada

› Participations : 17

› Victoires : 1 (avec Renault en 2006)

› Podiums : 3 (1er en 2006, 2e en 2013 et 3e en 2010)

› Positions de tête : 1 (en 2006)