Crédit : AFP

LNH

Le fils de Marek Malik heureux d’apprendre avec le Lightning

Publié | Mis à jour

Le nom de Marek Malik occupe une place spéciale dans la mémoire des amateurs de hockey du milieu des années 2000 pour un moment en particulier. Son héritage pourrait perdurer grâce à son fils, un gardien devenu espoir du Lightning de Tampa Bay au dernier repêchage.

Nick Malik est né à Raleigh en 2002, à l’époque où son père jouait pour les Hurricanes de la Caroline. Le robuste défenseur tchèque a effectué un passage de 691 matchs dans la Ligue nationale de hockey (LNH), mais c’est pour une rencontre en particulier qu’on se souviendra de lui.

Le 26 novembre 2005, alors qu’il s’alignait pour les Rangers de New York, Malik a été le 15e tireur envoyé en fusillade pour mettre fin au débat face aux Capitals de Washington. Peu reconnu pour ses talents offensifs, le gros défenseur a tiré la rondelle entre ses jambes pour déjouer Olaf Kolzig. Une légende était née.

Pour en revenir à Nick Malik, celui-ci ne s’attendait pas nécessairement à entendre son nom à l’encan. À 20 ans, il a connu plusieurs déceptions, dont une saison de misère avec les Greyhounds de Soo, dans la Ligue junior de l’Ontario, mais il a finalement trouvé sa niche en Finlande.

«Lorsque j’ai été repêché, j’étais dans mon lit. Je n’ai pas regardé le repêchage, pour être honnête, parce que je ne voulais pas être triste si je n’étais pas sélectionné. Ma mère l’a regardé et mes amis... alors j’ai eu la nouvelle assez vite», a-t-il raconté au site web de la LNH, samedi.

Avec le KooKoo de Kouvola, en ligue élite finlandaise, il a maintenu un dossier de 15-9-9, une moyenne de buts alloués de 1,97 et un taux d’efficacité de ,922. Il a aussi offert un rendement semblable en 14 matchs de séries éliminatoires.

Ce fut suffisant pour que le Lightning jette son dévolu sur lui avec le 160e tour de parole, en cinquième ronde.

Deuxième fois à Tampa

Après avoir su qu’il avait été repêché, Malik a préparé rapidement ses valises et a fait un voyage de 20 heures vers la Floride pour participer au camp de développement des «Bolts». C’est allé très vite pour le jeune homme, mais il n’est pas arrivé en terrain complètement inconnu.

Son paternel a disputé sa dernière saison dans la LNH avec le Lightning, en 2008-2009.

«Je me souviens d’être venu ici et de m’y être promené en trottinette avec mon frère. Nous allions jusqu’à un endroit avec des terrains de basketball et nous jouions au basketball. Pas mal de choses ont changé. Le Lightning a un beau complexe d’entraînement maintenant, et je ne me souviens pas qu’ils en avaient un à l’époque où j’étais là», s’est questionné Malik.

Le portier de 6 pi 2 po et 174 lb devrait évoluer la saison prochaine à Kouvola, mais il est désormais encadré par le Lightning. Il ne songe pas encore au circuit Bettman et pour l’instant, il est seulement heureux de pouvoir perfectionner son art avec un groupe d’exception.

«C’est assez excitant d’être ici et tout le monde, les gars, les entraîneurs et le personnel, a été génial. Je sais que cette équipe a des attentes élevées avec leurs gardiens. Andrei Vasilevskiy est l’un des meilleurs de la Ligue et je suis heureux d’être entraîné par quelques-unes des personnes qui l’ont entraîné», a confié Malik.