Crédit : AFP

Cyclisme

Une journée plus positive pour Simone Boilard

Publié | Mis à jour

Après quelques journées difficiles ponctuées de chutes, de crevaisons et de courbatures, Simone Boilard (St Michel – Auber93 WE) a connu une meilleure sortie jeudi lors de la cinquième étape du Tour de France femmes.

La cycliste de Québec, entourée par ses coéquipières, était bien placée à l’avant du peloton durant la majeure partie de l’épreuve de 175,6 kilomètres, la plus longue de cette première édition du Tour de France femmes.

• À lire aussi: Des coéquipières des Québécoises s’illustrent

• À lire aussi: Vingegaard accueilli en héros par 20 000 personnes

Elle n’a toutefois pas été en mesure d’éviter les malchances totalement. Une adversaire a chuté et a heurté son dérailleur, qui s’est cassé à 1,5 kilomètre de l’arrivée. Boilard a terminé au 108e rang (+1 minute 20 secondes).

«C’est une journée super positive aujourd’hui. L’équipe a fait un boulot de fou! On a montré qu’on avait notre place dans un des plus gros pelotons du monde. J’étais bien placée au final jusqu’à la chute qui a brisé mon dérailleur. Encore une malchance, je commence à être tannée. J’ai hâte que le vent tourne!» a déclaré Boilard en entrevue avec Sportcom.

Quelques instants avant d’entamer le sprint, l’Italienne Elisa Longo Borghini (Trek – Segafredo) a emprunté le mauvais chemin dans un virage et elle a laissé le champ libre à la Néerlandaise Lorena Wiebes (DSM), détentrice du maillot vert, pour s’imposer devant l’Italienne Elisa Balsamo (Trek – Segafredo). Grâce à sa troisième place du jour, la Néerlandaise Marianne Vos (Jumbo-Visma) conserve son maillot jaune.

Magdeleine Vallières-Mill (EF Education-TBCO-SVB) a été la meilleure Québécoise du jour avec sa 80e place (+9 secondes), et ce, même si elle s’est retrouvée au cœur d’un carambolage de 30 cyclistes avec 45 kilomètres à parcourir.

«Tout va bien, je n’ai pas de blessures importantes. Il y a quelques filles qui sont tombées par-dessus moi et mon pied est resté pris dans la roue d’une autre cycliste. Ç’a pris du temps avant de repartir, mais tout est correct», a assuré Vallières-Mill.

La Sherbrookoise a également pu voir sa coéquipière américaine Emily Newsom faire partie de l’échappée du jour. Newsom, âgée de 38 ans, est un véritable modèle pour Vallières-Mill depuis le début de la saison et elle se dit très heureuse de toujours la voir au sommet de son art.

«On avait toutes comme objectif de prendre l’échappée aujourd’hui et c’est Emily qui a saisi la meilleure occasion. Elle excelle quand il faut prendre les échappées. Elle a souvent du succès sur les longues distances, donc on savait qu’elle allait pouvoir exploser», a-t-elle ajouté.

De son côté, Olivia Baril (Valcar – Travel & Service) a poursuivi son rôle de domestique auprès de l’Italienne Silvia Persico. Baril a d’ailleurs été d’une aide capitale pour sa coéquipière après un changement de vélo. Persico a réussi à remonter jusqu’au peloton de tête pour se hisser au septième échelon.

Une fois le travail accompli, Baril a tranquillement franchi le fil d’arrivée au 115e rang (+1 minute 30 secondes).

Les épreuves en montagne débuteront vendredi au Tour de France femmes avec une étape de 128,6 kilomètres entre Saint-Dié-des-Vosges et Rosheim.