Crédit : Photo d'archives, REUTERS

MLB

Le lanceur Éric Gagné coupable de conduite dangereuse

Publié | Mis à jour

Le récipiendaire du trophée Cy Young en 2003, Éric Gagné, a reconnu avoir conduit de façon dangereuse pour le public ce matin au palais de justice de Laval. 

Vêtu d’une chemise noire à laquelle il avait accroché ses lunettes de soleil, l’ancien lanceur de Dodgers de Los Angeles et des Red Sox de Boston a plaidé coupable devant le juge Marc-André Dagenais.

L’homme de 46 ans a été acquitté des accusations de délit de fuite et de conduite avec les facultés affaiblies par la drogue qui pesaient contre lui.

Les faits remontent au 31 juillet 2020. Gagné circulait sur l’autoroute 640 Est à la hauteur de Terrebonne lorsqu’il a percuté deux véhicules. Il a causé une troisième collision en prenant la bretelle pour l’autoroute 40, ce qui l’a pas empêché de poursuivre sa route.

Il a ensuite perdu la maîtrise de son Hyundai Santa Fe blanc et traversé le terre-plein pour se retrouver en position perpendiculaire à la circulation sur l’autoroute 40. Le VUS du récipiendaire du trophée Cy Young a finalement été embouti par une voiture.

Malgré tout, l’ancien releveur du baseball majeur, qui réside toujours aux États-Unis, s’en tire sans casier judiciaire, car il était en état de dissociation lors des événements.

« Monsieur était hautement fatigué, il avait volé la veille et il n’avait pas beaucoup dormi. Il a pris le volant en sachant que sa fatigue amenait une conduite dangereuse », a expliqué l’avocat de la défense Me Jean-Daniel Debkoski.

Éric Gagné
Crédit photo : AFP

Commotion cérébrale

Mais la suite des événements ne résulte pas d’une intention criminelle, a-t-il plaidé.

Selon le psychiatre Pierre Gagné, qui a évalué l’ex-athlète, la conduite erratique de celui-ci découlerait d’une commotion cérébrale, subie lors d’un des impacts.

Le lanceur retraité en avait déjà eu plusieurs lorsqu’il évoluait dans les ligues majeures.

Lors de son arrestation, il courait partout et criait sans cesse « Blue Forty-Two ».« Son niveau de sudation était anormal, il était désorienté et tenait des propos incohérents. Il était dans un état de désorganisation tel que ses proches ne le reconnaissaient plus », a précisé Me Jean-Sébastien Bigras, de la Couronne, ajoutant que deux jours d’hospitalisation avaient été nécessaires pour qu’il revienne à lui.

Éric Gagné n’a aucun souvenir des événements, mais son état ne correspond pas à la drogue dont on a trouvé la trace dans son sang, la marijuana, a poursuivi le procureur.

Éric Gagné
Crédit photo : Photo d'archives

Absolution inconditionnelle

Les avocats ont donc proposé d’un commun accord que Gagné bénéficie d’une absolution inconditionnelle.

« Tant que c’est supporté par la preuve et que ça ne découle pas seulement du souhait de chaque citoyen de ne pas avoir de casier criminel », s’est assuré le juge Dagenais avant d’accéder à la demande.

Le père de quatre enfants a poussé un soupir de soulagement en sortant de la salle d’audience.

« Je suis vraiment content que personne n’ait été blessé, j’ai été chanceux. C’est ça qui est le plus important pour moi », a-t-il déclaré aux journalistes présents.

Il lui sera toutefois interdit de conduire tout véhicule à moteur au Canada pour les 18 prochains mois.