Alouettes de Montréal

Crédit : Photo Pierre-Paul Poulin

Alouettes de Montréal

Précieux points à l’enjeu à Hamilton

Publié | Mis à jour

Nous n’en sommes qu’au tiers de la saison de la Ligue canadienne de football, mais déjà, les deux points à l’enjeu jeudi soir à Hamilton ont une grande valeur aux yeux de l’entraîneur-chef des Alouettes, Danny Maciocia.

Le pilote par intérim souhaite bâtir sur le gain de la semaine dernière aux dépens du Rouge et Noir d’Ottawa, mais il reconnaît également que les rencontres contre des rivaux de section seront particulièrement importantes d’ici la fin de la campagne.

Ce duel face aux Tiger-Cats constitue-t-il l’un de ces fameux «matchs de quatre points» pour les Alouettes, contre des adversaires qui n’accusent que deux points de retard sur eux au classement?

«C’est d’abord l’opportunité de commencer une séquence de victoires, affirme Maciocia. On a une belle occasion d’aller en chercher une deuxième. Et la bonne nouvelle, c’est que c’est contre un adversaire de notre section. Ça ajoute donc à la valeur de ces deux points.»

Meilleurs que leur fiche

Oui, l’occasion est belle pour les Alouettes. Car si l’équipe n’affiche pas le rendement espéré cette année, avec sa fiche de deux victoires contre quatre revers, «bonne» pour le deuxième rang, les Tiger-Cats font encore moins bonne figure.

En six parties, les hommes d’Orlondo Steinauer montrent un triste bilan de 1-5. Ils sont troisièmes de cette section Est où seuls les Argonauts de Toronto présentent un dossier positif (3-2).

Maciocia se dit d’ailleurs surpris de voir ses rivaux peiner autant.

«Ils sont meilleurs que leur fiche l’indique, pointe-t-il. Je crois que c’est d’ailleurs le cas de beaucoup d’équipes dans l’Est, incluant Ottawa [0-6] qui, comme nous, a perdu des matchs serrés.»

«Les Tiger-Cats forment une équipe talentueuse, qui, malheureusement, manque d’opportunisme durant ses matchs, renchérit l’entraîneur. Je m’attends à ce qu’ils soient des adversaires coriaces et que ce soit une confrontation physique.»

Pénalités et revirements

Il s’agira d’une première rencontre entre les Alouettes et les Tiger-Cats depuis la demi-finale de l’Est de l’an passé, durant laquelle Montréal avait encaissé un revers de 23 à 12.

Comme s’il s’agissait d’une prémisse d’un de leurs principaux problèmes cette année, les «Moineaux» s’étaient rendus coupables de 15 pénalités dans le match.

Ils avaient aussi été victimes de cinq revirements. Deux pièges, souligne Maciocia, que les Alouettes devront «absolument» éviter contre une formation aussi «physique» que les Tiger-Cats.

«Ils sont bâtis de façon à s’imposer physiquement, relève-t-il. Ils ont de bons joueurs sur la ligne défensive et sur la ligne à l’attaque. Et quand ils jouent devant leurs partisans, c’est un environnement très hostile.»

Soir de retrouvailles

Congédié il y a trois semaines, l’ancien entraîneur-chef Khari Jones retrouvera déjà les Alouettes jeudi soir, lui qui a depuis été embauché à titre de consultant par Hamilton.

Aux médias locaux, le pilote des Tiger-Cats a affirmé qu’il ne pourra toutefois pas trop miser sur l’expertise de Jones face à Montréal.

«C’est un nouveau régime, alors nous n’avons qu’un petit aperçu [de ce qu’ils feront]», a souligné Steinauer.

Les Tiger-Cats miseront aussi sur le retour du receveur Lemar Durant et du demi offensif Cariel Brooks, qui étaient sur la touche depuis le camp d’entraînement.

Quant aux Alouettes, ils ont annoncé mercredi que le nom de Vernon Adams fils avait été placé sur la liste des blessés pour le match à Hamilton.

HARRIS DOIT ÊTRE BIEN PROTÉGÉ

Trevor Harris se méfie de la défensive des Tiger-Cats de Hamilton, et il n’est pas le seul : chez les Alouettes, la principale consigne du match de jeudi soir sera de protéger le quart partant.

Le vétéran a été la bougie d’allumage de Montréal jeudi dernier, dans la victoire de 40 à 33 contre le Rouge et Noir, à Ottawa. L’Américain a réussi 80 % des passes qu’il a tentées (25 en 31), pour des gains de 341 verges et deux passes de touché.

Ces statistiques lui ont d’ailleurs valu le titre de joueur par excellence de la dernière semaine dans la Ligue canadienne.

«Mais les Tiger-Cats, c’est un tout autre défi, a relevé Harris après un entraînement, en début de semaine. Leur ligne défensive est agressive et ils misent sur beaucoup de bons joueurs à cette position.»

Six sacs en novembre

Reconnu pour son bras plus que pour ses jambes, le quart avait d’ailleurs goûté à la médecine de Hamilton lors de la demi-finale de l’Est en novembre dernier, au stade Tim Hortons, perdue par les Alouettes au compte de 23 à 12.

Grâce à la pression exercée par le front défensif des Tiger-Cats, Harris avait été victime de six sacs. Deux d’entre eux avaient permis aux locaux d’ajouter des points au tableau indicateur.

«La ligne de mêlée sera importante [jeudi soir], a affirmé l’entraîneur-chef par intérim, Danny Maciocia. Il faut protéger Trevor Harris ! Si on est capable de le faire, ça va augmenter nos chances d’aller chercher la victoire.»

Une longue soirée?

Même si le quart avait souvent été laissé à lui-même durant cette rencontre, il avait tout de même réussi 28 de ses 44 tentatives de passe (63 %) et un touché. Des chiffres plus qu’honorables dans les circonstances.

Cherchant à varier les stratégies, le produit de l’Université Edinboro avait aussi distribué le ballon à sept receveurs différents.

Maciocia estime que la protection qui sera offerte à son partant fera à nouveau la différence entre une victoire et une défaite jeudi soir.

«S’il est bien protégé, il va être capable de distribuer le ballon à ses receveurs qui, eux, seront capables d’exécuter des jeux», a-t-il déclaré, avant d’ajouter : «Sans cette protection, ce sera une longue soirée pour nous.»