Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI / JOURNAL DE MONTREAL

Hockey

PHF à Montréal : le visage de l’équipe de hockey féminine prend forme

Charles Laverdière

Publié | Mis à jour

La nouvelle équipe de hockey féminin de la Premier Hockey Federation (PHF), qui débarquera à Montréal, a annoncé la mise sous contrat des sept premières patineuses de son histoire, lundi.

Les attaquantes Ann-Sophie Bettez, Kim Deschênes, Jade Downie-Landry, Alexandra Labelle, Sarah Lefort et Kristina Shanahan, ainsi que la défenseure Brigitte Laganière enfileront toutes le maillot de l’équipe d’expansion en 2022-2023. Les partisans pourront ainsi bien s’identifier à cette nouvelle équipe puisque les sept athlètes sont originaires de la Belle Province.

«Je suis vraiment contente de pouvoir partager cette expérience-là avec ces joueuses-là, a exprimé Bettez, jointe au bout du fil. C’est des filles avec qui j’ai évolué dans les dernières années, donc ça va être le "fun" de poursuivre le parcours du hockey professionnel avec ces filles-là.»

«Il s'agit d'un pas en avant très excitant pour le début de la PHF à Montréal et dans toute la province du Québec, a déclaré le président de l'équipe, Kevin Raphaël, dans un communiqué. Nous ne bâtissons pas seulement une équipe de hockey, nous bâtissons une famille, et j'en suis extrêmement fier.»

La nouvelle formation comptera ainsi sur quelques vétéranes, dont Bettez, Deschênes et Lefort, qui ont défendu les couleurs des Canadiennes de Montréal, dans la défunte Ligue canadienne de hockey féminin, mais aussi sur plusieurs jeunes joueuses qui sortent des rangs universitaires.

«Un des problèmes, c’est qu’on perdait beaucoup de filles une fois qu’elles graduaient du niveau universitaire. Il n’y avait pas nécessairement de place où jouer, a ajouté Bettez, qui est celle qui compte le plus d’années d’expérience, soit 10. On peut [maintenant] voir des filles qui graduent de l’université et elles sont capables d’avoir une place pour jouer au hockey professionnel.»

«Il y a des plus jeunes joueuses qui ont gradué de l’université, ça va me faire plaisir de les aider, de les supporter ou de les guider du mieux que je peux pour être capable de leur donner une belle expérience. À la fin de la journée, ça reste qu’on joue au hockey. Si je peux être un pilier pour cette équipe-là, ça va être un rôle que je vais prendre avec plaisir.

Un directeur général de confiance

Il existe toujours plusieurs différends entre la Professional Women’s Hockey Players Association et la PHF, qui avaient été sommées d’en arriver à une entente afin de s’unifier par le commissaire de la Ligue nationale Gary Bettman. Les discussions ont toutefois achoppé.

Bettez fera ainsi le saut de la première à la seconde pour une multitude de raisons, mais l’une d’entre elles est la présence de Kevin Raphaël au poste de président et directeur général de l’équipe, qui dévoilera son nom dans les prochaines semaines.

Celui qui porte plusieurs chapeaux, dont ceux d’animateur télé et documentariste, pour ne nommer que ceux-là, est aussi un grand ambassadeur du hockey féminin, qu’il promeut depuis plusieurs années. Il avait entre autres réalisé le documentaire «Gap Year», au sujet de la discipline.

«C’est une des personnes qui croit le plus au développement du hockey féminin, pis on regarde n’importe quel reportage qu’il a fait dans les années précédentes, il veut pousser la ligue de hockey féminin. Il a essayé dans les dernières années, et finalement, il réussit à le faire.»