Crédit : PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈRE

Boxe

«Je vais le planter!» - Simon Kean

Publié | Mis à jour

Simon Kean estime qu’il doit se méfier de Newfel Ouatah, qu’il affrontera en demi-finale du gala d’Eye of the Tiger Management (OETTM) mettant en vedette Christian Mbilli, mais il compte bien lui donner une raclée.

Lorsqu’il se présentera dans le ring du Cabaret du Casino de Montréal le 9 septembre prochain, le Trifluvien de 33 ans tentera de remporter un septième combat de suite. Pour l’occasion, il se mesurera à un ancien athlète olympique qui a décroché une cinquième place chez les poids lourds pour l’Algérie en 2008.

«C’est un gars athlétique et qui a de belles habiletés, a expliqué Kean, lundi. Il a du talent. Je vais devoir me méfier. Il n’a pas la plus grosse force de frappe, mais dans ma catégorie, tout le monde frappe. C’est le genre à t’endormir et à sortir une super combinaison. Il ne faut pas [tomber dans le piège].»

Ouatah (18-4, 10 K.-O.) ne s’est toutefois pas battu depuis qu’il a subi un K.-O. face à Vladyslav Sirenko le 12 juin 2021. Lorsque questionné sur ses chances de gagner, Kean (21-1, 20 K.-O.) n’a toutefois pas fait dans la dentelle.

«Je vais le planter. Je vais l’aplatir comme une crêpe!» s’est-il emporté.

Grand

Ouatah possède malgré tout quelques atouts, dont sa grandeur. À 6 pi 6 po, il possède une excellente portée, et Kean devra redoubler d’ardeur pour l’atteindre tout en le gardant à distance.

«Trouver des partenaires d’entraînement aussi grands, c’est difficile, a reconnu Kean. Je ne pourrai pas me fier à mon "jab" pour le garder à distance. Je devrai être conscient que la riposte va revenir rapidement.»

Parmi les autres éléments que devra surveiller Kean, il y a sa propre main gauche, qui a tendance à glisser. Son entraîneur Vincent Auclair, de même que Marc Ramsay, tentent de corriger ce problème depuis un moment, mais les habitudes demeurent dures à changer.

«Je travaille là-dessus, mais de travailler et l’appliquer à un haut niveau de stress, c’est deux choses différentes, a fait valoir le poids lourd. Comme le disait Mike Tyson: "tout le monde à un plan jusqu’à ce qu’ils se fassent frapper au visage". Alors il s’agit de répéter, répéter, répéter plein de fois pour que ça vienne tout seul sans y penser.»

En bref

Mbilli (21-0-0, 19 K.-O.) a quant à lui rendez-vous avec DeAndre Ware (15-3-2, 9 K.-O.). Il mettra sa ceinture WBC Continental des Amériques en jeu, mais pourra s’emparer du titre WBA des poids super-moyens appartenant actuellement à son adversaire.

Mary Spencer (6-0, 4 K.-O.) sera également de la carte, tout comme Luis Santana (6-0, 2 K.-O.), Leïla Beaudoin (6-0, 1 K.-O.), Avery Martin-Duval (7-0-1, 4 K.-O.) et Christopher Guerrero (3-0).