HKN-SPO-DALLAS-STARS-V-FLORIDA-PANTHERS

Crédit : AFP

LNH

Huberdeau: le CH pourra-t-il tenter le coup?

Publié | Mis à jour

La transaction qui a envoyé Jonathan Huberdeau aux Flames de Calgary suscite plusieurs questionnements à Montréal, plus particulièrement auprès des partisans qui rêvent de voir le joueur étoile s’entendre avec les Canadiens à l’été 2023. 

Si les Panthers de la Floride se sont départis de cet attaquant d'élite, c’est qu’ils craignaient probablement de le perdre sur le marché des joueurs autonomes lorsque son contrat arrivera à échéance au terme de la prochaine saison.

Les Flames déploieront toute la saison une opération séduction pour conserver les services de leur nouveau joueur étoile. Mais si celle-ci échoue, le Tricolore serait-il en mesure de faire une offre intéressante au natif de Saint-Jérôme? 

Plusieurs contrats prendront fin au sein des Canadiens à la fin de la saison prochaine : ceux de Jonathan Drouin (valeur annuelle moyenne de 5,5 millions $) , Evgeni Dadonov (5 M$), Paul Byron (3,4 M$) et Jake Allen (2,875 M$). Ce sont donc 16,8 millions $ qui sortiraient des coffres de l’organisation. Et le Bleu-blanc-rouge profiterait d’une flexibilité encore plus grande si Carey Price devait annoncer sa retraite. 

Pas si vite, toutefois. D’abord, le CH doit continuer à assembler une formation de 23 joueurs; ceux qui quittent doivent forcément être remplacés. Aussi, Cole Caufield deviendra joueur autonome avec compensation. Si le franc-tireur explose et connaît une saison de 40 buts, il sera en droit d’exiger un onéreux contrat. 

Pour ce qui est d’Huberdeau, on peut supposer qu’il demanderait une entente semblable à celle de Johnny Gaudreau (9,75 M$ de moyenne, 7 ans). Le montant pourrait même être un peu plus élevé, sachant que Gaudreau a laissé de l’argent sur la table en optant pour les Blue Jackets de Columbus. Le Québécois visera sans doute un contrat d’une valeur annuelle moyenne de 10 millions $.

C’est un pensez-y-bien, car Huberdeau aura 30 ans. Les deux ou trois dernières années d’un contrat de sept ans pourraient faire mal à l’organisation. 

Faire une offre à Huberdeau semble être dans le domaine du possible du côté des Canadiens, mais rien n’indique que ce serait simple. Le directeur général du CH, Kent Hughes, devra faire preuve de créativité.