Crédit : Codie McLachlan/Edmonton Sun

LNH

Le proprio des Oilers réfute toutes les allégations

Publié | Mis à jour

Le propriétaire des Oilers d’Edmonton, Daryl Katz, et son avocat Robert Klieger arguent que l’homme de 61 ans n’a jamais payé pour les faveurs sexuelles d’une danseuse d’âge mineur, tel que rapporté dans une poursuite.

Katz a été impliqué dans le procès des professeurs de danse Taylor et Dusty Button, qui auraient commis des gestes d’abus sexuels à l’endroit de sept jeunes ballerines dans les années 2010.

L’Albertain est l’un des trois hommes mentionnés dans la poursuite qui aurait eu des relations sexuelles avec Sage Humphries, l’une des danseuses concernées, qui, au moment des faits en 2016, n’était âgée que de 17 ans.

Des échanges de textos utilisés comme preuve avaient été obtenus par CBC News mercredi. Ils semblaient suggérer une sorte d’entente entre Katz et Humphries, mais Klieger a précisé dans un récent mémo qu’un montant de 75 000 $ avait été envoyé à la danseuse, mais qu’il était en lien avec un projet proposé à la compagnie de films de l’Albertain, Silver Pictures.

«Ils ont finalement décidé de ne pas retenir le projet. Mais durant cette période de temps où le projet était considéré, ils ont demandé de l’aide avec le financement du projet. Et c’est le 75 000 $ problématique», a expliqué Klieger, selon la société d’État.

Pour détourner l'attention?

Dans une déclaration envoyée au réseau Sportsnet, l’avocat a soutenu que le propriétaire des Oilers n’a jamais rencontré Taylor et Dusty Button et que ceux-ci tentent simplement de détourner l’attention de leurs propres actes.

«M. Katz défendra vigoureusement sa réputation contre les réclamations sans fondement et scrupuleuses et il tentera d’obtenir dommages et intérêts contre les Button et leurs conseillers pour cette attaque futile et malicieuse sur sa personne», a déclaré Klieger.

Toujours selon Sportsnet, l’avocat des Button, Marc Randazza, est connu pour avoir défendu en cour l’adepte des théories du complet Alex Jones et le fondateur d’un site néonazi Andrew Anglin.