Crédit : AFP

F1

Pour la dernière fois en France?

Publié | Mis à jour

Le cirque de la Formule 1 pourrait effectuer une dernière escale en France ce week-end puisque le contrat avec les organisateurs de l’épreuve vient à échéance à la fin de la présente saison.

Selon plusieurs sites spécialisés, la première ébauche du calendrier 2023 n’inclurait ni la France ni la Belgique, d’ailleurs. 

• À lire aussi: Leclerc s'impose en Autriche

À lire aussi: Un commentateur traite Lance Stroll «d’autiste»

L’entrée en scène de Las Vegas et le retour probable des Grands Prix du Qatar, de la Chine et de l’Afrique du Sud (après plusieurs années d’absence) ne font pas qu’alimenter les inquiétudes quant à la survie de la course disputée au Castellet.

Cette 12e étape du Championnat du monde de F1 sera une occasion pour Max Verstappen de consolider sa place de meneur au classement cumulatif, lui qui détient une avance confortable de 38 points devant son plus sérieux poursuivant, Charles Leclerc.

Tour du chapeau

Après avoir concédé la victoire au Monégasque sur les terres de Red Bull en Autriche, il y a deux semaines, le Néerlandais souhaite renouer avec la première place du podium ce dimanche dans le sud de la France. 

À pareille date l’an dernier, Verstappen avait été dominant en inscrivant un tour du chapeau, soit la position de tête, le meilleur tour en course et la victoire.

« Avec les nouvelles voitures introduites cette année, il faudra voir comment notre monoplace va se comporter, a dit Verstappen. La journée de vendredi [demain] sera cruciale pour la suite des choses. Le tracé comporte des sections techniques et des virages rapides dans sa dernière portion.

« Il sera important de ménager les pneus, a-t-il renchéri, surtout qu’il fera très chaud. »

La France n’est pas épargnée par la canicule qui sévit en Europe. On prévoit que le départ sera donné sous une température d’environ 35 degrés Celsius.

Les 100 ans d’Aston Martin 

En marge des célébrations entourant le 100e anniversaire d’Aston Martin, le pilote Sebastian Vettel va effectuer un tour de piste symbolique à bord de la monoplace TT1 engagée en 1922.

« L’histoire de cette discipline me passionne, a dit le quadruple champion du monde. Et je suis ravi de piloter cette voiture. »

Son coéquipier Lance Stroll espère, quant à lui, obtenir un bon résultat pour l’écurie dirigée par son père, Lawrence.

« Je souhaite souligner les 100 ans avec un bon résultat », a affirmé le pilote québécois, limité à une faible récolte de trois points depuis le début de la saison.