MLB

Les Blue Jays sortiront-ils du «groupe de la mort»?

Publié | Mis à jour

Au soccer, on utilise souvent l’expression «le groupe de la mort» pour qualifier le groupe le plus puissant d’un tournoi. Le concept peut aussi s’appliquer au baseball avec la section Est de la Ligue américaine, où la lutte est sans merci pour une place en séries.

Alors que nous sommes actuellement à la pause du match des étoiles, les Blue Jays de Toronto occupent le troisième rang avec une fiche de 50-43 (,538), à un match et demi des Rays de Tampa Bay (51-41), mais loin derrière les tout-puissants Yankees de New York (64-28).

En fait, le classement est si serré qu’il ne faudrait pas exclure tout de suite les Red Sox de Boston (48-45) et les Orioles de Baltimore (46-46), dans une moindre mesure. 

Dans un tel contexte, les Jays réussiront-ils à se qualifier pour les séries? Les deux coanimateurs du balado de TVA Sports «Les Buts Remplis», Sylvain Rondeau et Benoît Rioux, y croient fermement. Écoutez l’épisode de la semaine ici :

«Cinq équipes jouent pour au moins ,500. Le problème, c’est que les équipes de la section Est s’affrontent entre elles, alors ça donne des chances aux Mariners de Seattle et aux White Sox de Chicago de se rapprocher dans la course aux quatrièmes as. Ça risque de faire mal, mais je pense que les Blue Jays ont ce qu’il faut pour passer», a affirmé Rondeau. 

«De la manière dont les choses se passent présentement, il y aura peut-être quatre équipes de la section Est qui accéderont aux matchs éliminatoires», a d’ailleurs mentionné Rioux. 

Le collaborateur Josue Peley s’est également montré optimiste pour les Jays, mais il a souligné que leurs releveurs devront être meilleurs pour que les Torontois parviennent à leurs fins. 

«Il y a beaucoup trop de hauts et de bas en relève, comparativement aux autres équipes, mais je pense que les Jays vont quand même se qualifier. Cependant, je compte sur le directeur général Ross Atkins pour aller chercher de l’aide dans l’enclos des releveurs», a-t-il souhaité.  

Montoyo : la goutte qui a fait déborder le vase

Par ailleurs, il a aussi été question dans le balado du congédiement de Charlie Montoyo en tant que gérant des Jays, mercredi dernier. 

Peley a identifié trois jeux en particulier survenus dans le dernier match de Montoyo à la barre de l’équipe torontoise, contre les Phillies de Philadelphie, qui ont fait déborder le vase. Ces décisions discutables ont ruiné complètement la confiance du joueur étoile Vladimir Guerrero fils envers lui. 

«C’est quelque chose qui ne passe pas. Je suis certain à 99% que c’est la goutte qui a fait déborder le vase. Il aurait pu sauver son travail s’il avait pris des décisions différentes», a soutenu Peley. 

«Son poste était déjà fragile après le balayage contre les Mariners de Seattle», a renchéri à juste titre Rioux.

Montoyo était aux commandes depuis 2019. Il a présenté un dossier équivalent au seuil de respectabilité, soit 236-236. Une première saison difficile, avec une fiche de 67-95, explique surtout la situation.

Le Portoricain de 56 ans avait profité de la saison écourtée en 2020 pour guider les Jays jusqu’en séries éliminatoires, perdant alors contre les Rays de Tampa Bay dans une série 2 de 3. En 2021, la formation de la Ville Reine avait totalisé 91 gains, mais s’était malheureusement contentée du quatrième rang de sa division.

Crédit photo : AFP