LNH

Johnny Gaudreau s'adresse aux partisans des Flames

Publié | Mis à jour

Devant l’incrédulité de nombreux partisans des Flames face à son choix de se joindre aux Blue Jackets de Columbus plutôt que de demeurer à Calgary, l’attaquant américain Johnny Gaudreau a expliqué un peu mieux sa décision, vendredi, exposant ses valeurs familiales.

«Autant que j’aime le hockey, la famille représente tout pour moi», a-t-il notamment indiqué, dans une longue lettre publiée sur le site web The Players’ Tribune.

Gaudreau a assuré que sa décision n’avait pas été facile à prendre.

«Il y a quelques années, je crois avoir commencé à réaliser à quel point tu fais des sacrifices quand tu te donnes à 100 % dans ta carrière, a poursuivi Gaudreau, qui a accepté une offre de 68,25 millions $ pour sept ans des Blue Jackets, la semaine dernière, à titre de joueur autonome sans compensation. J’ai senti avoir besoin de faire davantage pour placer ma famille au centre de ma vie après avoir vécu certaines situations difficiles.»

«Une attaque cardiaque subie par mon père en 2018 a été un dur moment, a-t-il notamment confié. C’était tellement difficile et il est chanceux d’être encore ici aujourd’hui.»

«Un endroit spécial»

Originaire de Salem, dans l’État du New Jersey, Gaudreau a donc voulu se rapprocher du domicile familial en se retrouvant à Columbus. Tel que confirmé plus tôt cette semaine, lors d’un passage au balado "Spittin’ Chiclets", l’attaquant a par ailleurs avoué être passé bien près de s’entendre avec les Devils du New Jersey.

Chose certaine, Gaudreau souhaitait quitter Calgary et revenir aux États-Unis. Il a néanmoins reconnu que la ville albertaine était un endroit spécial pour jouer au hockey.

«Quand j’ai été repêché en 2011, je ne pouvais honnêtement pas situer Calgary sur une carte, mais j’ai rapidement appris ce que ça signifiait de jouer dans cette ville, a-t-il aussi écrit. Je ne pouvais pas croire les commentaires des gens qui me demandaient de devenir un membre des Flames sans tarder.»

À l’époque, Gaudreau avait pourtant l’option de demeurer à Boston College pour une autre année et devenir libre, l’année suivante, de s’entendre avec l’équipe de son choix. Il avait toutefois décidé d’aller à Calgary pour prouver aux partisans des Flames qu’ils avaient raison de croire en lui.

Mieux comprendre...

L’histoire d’amour entre Gaudreau et les amateurs de Calgary aurait pu se poursuivre, mais la famille l’aura emporté sur tout le reste.

«C’est un endroit spécial avec des gens extraordinaires, a qualifié Gaudreau, à propos de Calgary, en s’adressant aux partisans des Flames. J’espère que vous pourrez mieux comprendre ma décision après avoir lu cette lettre. J’apprécie à quel point vous vouliez que je reste et j’espère que vous verrez comment la décision a été difficile pour moi.»