Crédit : AFP

LNH

Il y a eu peu d'intérêt pour Johnny Gaudreau

Publié | Mis à jour

Johnny Gaudreau a pris le monde du hockey par surprise à l’ouverture du marché des joueurs autonomes, le 13 juillet, en décidant de se joindre aux Blue Jackets de Columbus, mais l’attaquant est passé bien près d’accepter l’offre d’une autre équipe : les Devils du New Jersey.

Le joueur autonome le plus convoité de la saison morte a été surpris par la tournure des événements, lui qui croyait recevoir plus d’intérêt de la part de plusieurs équipes, mais un appel tardif des Blue Jackets, vers 16 h au jour J, a changé la donne.

«Pour être bien honnête, je ne crois pas vouloir revivre ça une autre fois. Ç’a été une journée très stressante, a mentionné Gaudreau, mardi, de passage au balado "Spittin’ Chiclets". Je m’étais dit quelque chose du genre : "Parfait, le marché des joueurs autonomes, cette équipe va me vouloir, cette équipe va aussi me vouloir, je vais recevoir un appel de celle-ci, puis un autre de ceux-ci", mais ç’a n’a pas été ça du tout.

«Je me suis alors dit : "mais que se passe-t-il?" Je ne sais pas si c’est en raison de la masse salariale dont le plafond est demeuré stable ou si c’était juste une situation plus difficile pour certaines équipes, mais j’avais des pourparlers avec seulement deux ou trois formations. Je suis très reconnaissant que Columbus ait appelé à cette heure tardive en après-midi parce que je tentais d’en venir à une entente avec les Devils et soudainement, Columbus a appelé et je me suis dit : "c’est là que je veux aller". Et mon agent a complété la transaction et c’était génial.»

Gaudreau a finalement apposé sa signature au bas d’un contrat de sept ans, d’une valeur de 68,25 millions $, après avoir terminé la meilleure campagne de sa carrière, avec 115 points en 82 matchs, en plus de maintenir un impressionnant différentiel de +64. Il aura ainsi la tâche de redresser la barque des Blue Jackets, qui n’ont pas accédé aux séries éliminatoires depuis la saison 2019-2020.

Se rapprocher de la maison

Originaire de Salem, dans l’État du New Jersey, Gaudreau a réitéré qu’il a basé une partie de sa décision sur son désir de se rapprocher de son domicile familial.

En optant pour le Nationwide Arena, Gaudreau est assurément plus près de chez lui que lorsqu’il jouait en Alberta, mais il se trouve tout de même à près de huit heures de voiture de chez lui. Il souhaitait d’ailleurs maintenir une certaine distance à ce niveau pour s’occuper de sa propre famille.

«J’ai toujours dit que je voulais jouer plus proche de la maison, mais c’était juste assez loin pour dire que je ne serai pas bombardé d’amis et de membres de ma famille continuellement, comme s’il y avait une politique de porte ouverte, où il est possible d’entrer quand on le souhaite, parce que c’est un peu à ça que ça ressemble dans mon coin de pays, a ajouté l’athlète de 28 ans. Si ça ressemblait à ça toute l’année, la situation aurait pu dégénérer par moments.»

«C’est assez loin pour que ma femme et moi puissions faire nos petits trucs en famille. Nous attendons notre premier enfant, donc c’est juste assez proche pour qu’ils visitent quand ils le veulent. Ils pourront venir quand ils le veulent, mais nous pourrons aussi faire nos trucs en famille quand on le souhaitera.»