Crédit : PHOTO COURTOISIE / BASEBALL CANADA

Blue Jays - MLB

Des montagnes russes pour le jeune Jérémy Pilon

Publié | Mis à jour

La carrière d’un athlète peut parfois ressembler à des montagnes russes et c’est exactement ce que vit le jeune Jérémy Pilon, âgé de seulement 16 ans, après avoir été repêché en 18e ronde, mardi, par l’organisation des Blue Jays de Toronto.

Pilon, un lanceur gaucher originaire de Valleyfield, reçoit évidemment les félicitations d’un peu tout le monde autour de lui, mais celui qui est devenu le plus jeune joueur sélectionné durant les 20 rondes du plus récent repêchage, se retrouve du même coup confronté à un choix déchirant pour la suite de sa carrière.

«J’attends et j’espère», a résumé le porte-couleurs de l’Académie du Baseball du Canada (ABC) et de l’équipe canadienne junior, lorsque joint au téléphone, mercredi.

Évidemment, Pilon n’a pas boudé son plaisir quand les Jays ont appelé son nom. Avec une vingtaine de parents et amis rassemblés au domicile familial, il y a eu des cris de joie. Ses amis l’ont entouré, sa famille l’a embrassé.

Si le jeune Pilon est habitué à lancer sa spectaculaire balle courbe, la vie lui en a toutefois servi une. Bien vite, le jeune joueur a compris que les Blue Jays ne seraient probablement pas en mesure de lui offrir le boni de signature souhaité. Aussitôt, en début de soirée, il s’est dirigé vers un gymnase situé à Valleyfield pour décompresser un peu.

«Je ne pourrais pas dire dans quel état d’esprit j’étais, j’avais simplement besoin de tout faire sortir, a indiqué Pilon. Présentement, je vois ça comme une belle expérience et je reste humble là-dedans. Si je ne parviens pas à m’entendre avec les Blue Jays, je vais poursuivre mon développement et je pourrai toujours être repêché une autre année.»

Une situation commune

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l’encan du baseball majeur, il faut préciser que c’est assez fréquent de voir un joueur être repêché plus d’une fois. Spécialement au Québec, où les athlètes peuvent être choisies dès la fin de l’école secondaire, parfois même à 16 ans, comme Pilon.

Un exemple concret demeure celui de l’ancien receveur Russell Martin qui, à 17 ans, avait été sélectionné par les Expos en 2000. Sans pouvoir s’entendre avec le club montréalais, il avait finalement fait le grand saut avec l’organisation des Dodgers de Los Angeles après avoir été repêché en 2002.

Dans le cas de Pilon, un pincement au cœur semblable à celui ressenti par Martin, à l’époque, demeure présent. Né en 2005, soit après le départ des Expos, le jeune homme a grandi en encourageant les Blue Jays.

«C’est une équipe qui est proche de notre cœur dans la famille», a-t-il convenu, à propos des Jays, se souvenant notamment d’une certaine visite au Rogers Centre à Toronto quand il était tout petit.

Pilon a grandi en portant une casquette des Blue Jays.

Reconnaissance

Peu importe s’il parvient à s’entendre ou non avec l’organisation de Toronto, Pilon insiste pour remercier son entourage pour le soutien des derniers jours, mais aussi des dernières années. Il mentionne son père Eric, qui a longtemps été son entraîneur, mais aussi sa mère Colette Benjamin et sa sœur Laurie-Jade.

Le recruteur québécois Jasmin Roy, qui a incité les Blue Jays à repêcher Pilon en compagnie notamment du superviseur Kory Lafreniere, aimerait également que l’équipe puisse conclure un contrat avec le jeune Québécois.

«Si je peux faire vivre des opportunités à des jeunes d’ici en leur offrant de jouer dans un environnement où ils pourront se développer à leur plein potentiel, ma mission est réussie, c’est pour ça que je fais ce travail, a résumé Roy, conscient que Pilon a bon nombre d’options devant lui. Assurément, pour le repêchage de 2022, Jérémy était au sommet de notre liste parmi les jeunes Québécois.»

- Trois Québécois ont été choisis au repêchage annuel du baseball majeur, qui avait lieu de dimanche à mardi : Cédric De Grandpré (13e ronde par les Braves d’Atlanta), Nathan Landry (15e ronde par les Red Sox de Boston) et Jérémy Pilon (18e ronde par les Blue Jays de Toronto).