Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Viol collectif: deux autres joueurs clament leur innocence

Publié | Mis à jour

Comme bien d’autres joueurs de l’édition 2018 d’Équipe Canada junior, les attaquants des Blues de St. Louis Robert Thomas et Jordan Kyrou se sont dissociés de l’affaire de viol collectif qui éclabousse actuellement Hockey Canada.

Alors que l’étau se resserre sur Hockey Canada pour sa gestion de la situation et que les détails sur cette fin de soirée suivant un gala à London et que les détails sont rendus publics peu à peu, l’identité des huit joueurs accusés demeure toutefois encore secrète.

Plusieurs joueurs de cette équipe ont toutefois nié toute implication. Thomas est le dernier de cette liste; l’ancien défenseur du Canadien de Montréal Victor Mete, tout comme les arrières Cal Foote, Cale Makar, Dante Fabbro et Connor Timmins, l’ont notamment précédé.

«Je n’ai été impliqué, ni été témoin, de l’incident allégué, a écrit Thomas dans une déclaration publiée sur les médias sociaux, mardi. J’ai hâte de coopérer à l’enquête sur la LNH ainsi qu’à toute autre enquête, le cas échéant et au besoin. Je ne ferai pas d’autres commentaires publics pour le moment.»

«Je souhaite déclarer clairement que je n’étais pas au gala de Hockey Canada et je n’étais pas à London, en Ontario, au moment de l’incident, a pour sa part rédigé Kyrou. Je suis prêt à coopérer aux enquêtes futures si nécessaire. En raison des enquêtes en cours, je ne ferai aucun autre commentaire.»

Après avoir indemnisé la victime à même un fonds spécifiquement dédié aux responsabilités non assurées à l’époque, Hockey Canada a récemment relancé son enquête. La Ligue nationale de hockey (LNH) a également ouvert une enquête sur cette histoire.

La victime, dont l’identité n’a pas été révélée, affirme avoir accepté d’avoir une relation sexuelle avec un joueur, mais que sept autres seraient entrés dans la pièce et lui auraient fait subir plusieurs actes sexuels non consentis.