Tour de France

Tour de France: Hugo Houle remporte la 16e étape

Publié | Mis à jour

Souvent qualifié de coéquipier exemplaire, de travailleur acharné ou encore de cycliste particulièrement combatif, Hugo Houle (Israel – Premier Tech) rêvait d’une victoire d’étape au Tour de France depuis très longtemps et c’est maintenant chose faite. À l’âge de 31 ans, le Québécois a gagné la 16e étape mardi après un effort magistral dans les Pyrénées.

C’est avec les yeux remplis d’eau et un bras au ciel que Houle a franchi la ligne d’arrivée en solo. L’émotion était palpable pour le cycliste de Sainte-Perpétue qui a immédiatement dédié la victoire à son frère Pierrik Houle, décédé en décembre 2012, heurté par un conducteur en état d’ébriété.

«C’était mon rêve depuis toujours, je n’arrive pas encore à y croire. On parle de plusieurs années de travail et d’efforts qui aboutissent aujourd’hui. Je n’ai jamais abandonné mon rêve et je suis tellement fier. À 1 kilomètre de l’arrivée, je comprenais que c’était presque chose faite, j’ai automatiquement pensé à mon frère Pierrik, il était avec moi aujourd’hui», a commenté Hugo Houle, très émotif, en entrevue avec Sportcom.

Qui plus est, il s’agit de la toute première victoire de la carrière de Houle sur le World Tour, lui qui a fait son entrée dans le circuit en 2013.

«Je ne gagne pas souvent, c’est la première fois que je gagne quelque chose dans une course internationale, donc j’ai voulu apprécier chaque seconde et profiter du moment. C’est la meilleure sensation du monde honnêtement. Il n’y a pas de meilleur scénario pour gagner une première fois», a-t-il ajouté.

Dès les premiers instants de l’étape, un groupe de 29 coureurs s’est détaché du peloton. Dans le lot, on retrouvait Hugo Houle et son coéquipier ontarien Michael Woods. Celui-ci a attaqué en compagnie de l’Italien Damiano Caruso (Bahrain – Victorious) et de l’Australien Michael Storer (Groupama – FDJ) avec 60 kilomètres à faire.

Le groupe a été rejoint quelques kilomètres plus tard par d’autres cyclistes, dont Hugo Houle. Fidèle à son habitude, le Québécois a flairé une chance d’attaquer avec 39 kilomètres à parcourir, attaque initialement prévue pour venir en aide à son coéquipier Woods, pur grimpeur.

«J’étais un peu derrière dans la première montée, mais j’ai profité de la descente pour revenir. J’ai décidé d’y aller pour permettre à Michael de se reposer un peu derrière, afin qu’il puisse faire la différence un peu plus tard. Finalement, j’ai été capable de résister jusqu’à la toute fin», a-t-il expliqué.

Personne n’a suivi Houle qui a distancé ses plus proches poursuivants dans la descente du Port de Lers. La montée du Mur de Pèguère était le dernier obstacle qui le séparait de son plus grand rêve.

Le membre d’Israel – Premier Tech a réussi un sans-faute dans la montée, pendant que derrière, Woods maîtrisait Valentin Madouas (Groupama – FDJ) et Matteo Jorgenson (Movistar), eux qui tentaient tant bien que mal de se rapprocher du meneur.

L‘ultime descente

Houle détenait toujours une bonne avance lorsqu’il a entamé la descente du Mur. Le travail efficace de Michael Woods a forcé Jorgenson à prendre d’importants risques et ce dernier a chuté à 12 kilomètres de l’arrivée. Le Québécois pouvait mieux respirer, plus que quelques kilomètres avant la victoire tant attendue.

«Michael a vraiment fait un énorme travail pour m’aider aujourd’hui. L’entraide fait partie de notre sport et je pense que nous avons eu la preuve durant la journée que notre équipe est solide et soudée. Je l’ai aidé à plusieurs reprises depuis le début de la saison et il m’a remis la pareille aujourd’hui, la prochaine fois, ce sera à mon tour de l’aider.»

Sous les applaudissements et les encouragements des partisans réunis à l’arrivée à Foix, Hugo Houle est devenu le premier Québécois de l’histoire à remporter une étape au Tour de France. Il devient également le deuxième Canadien a réalisé cet exploit après Steve Bauer en 1988, lui qui est actuellement le directeur sportif de Houle.

«Steve était très fier, je pense lui avoir fait vivre de belles émotions. Il savait ce que ça représentait pour moi. On travaille ensemble depuis très longtemps, c’est le premier à m’avoir donné une chance en 2012 avec son équipe professionnelle. On a vécu plusieurs choses ensemble et aujourd’hui, c’était le couronnement de tout ça », a indiqué celui qui a aussi fini la journée avec le titre du coureur le plus combatif.

Il s’agit de la deuxième victoire d’étape de l’histoire de la formation Israel – Premier Tech à la Grande Boucle, après celle obtenue par l’Australien Simon Clarke le 6 juillet dernier lors de la cinquième étape du Tour.

Michael Woods a finalement franchi le fil d’arrivée au troisième rang (+1 minute 10 secondes), battu au sprint par le Français Valentin Madouas.

Une victoire bien méritée

Vendredi dernier, Hugo Houle s’était retrouvé dans l’échappée finale de la 13e étape où il avait finalement pris le troisième rang derrière le Danois Mads Pedersen (Trek - Segafredo) et le Britannique Fred Wright (Bahrain – Victorious). Cette expérience aux avant-postes de la course a certainement préparé le vainqueur lors de son aventure en solitaire mardi.

«Ce sont deux moments complètement différents, aujourd’hui, la situation était idéale pour moi comme je sais que je ne suis pas le meilleur au sprint. Par contre, c’est certain que l’expérience de vendredi dernier n’était pas perdue. C’était encore plus fou aujourd’hui et j’ai eu le temps de bien savourer», a commenté Houle.

Ayant de son côté franchi le fil d’arrivée au 62e échelon (+20 minutes 45 secondes), Antoine Duchesne (Groupama – FDJ) a appris la victoire de son compatriote et ami à la fin de son effort. Il s’est empressé d’aller retrouver son ancien colocataire pour le féliciter.

«C’est fou! Je sais que c’était son rêve, c’est tout simplement incroyable. Je suis sans mot. Je l’ai entendu parler de cette victoire-là depuis tellement longtemps. Il voulait le faire pour son frère et c’est réussi, c’est tellement un beau moment», s’est exprimé le Saguenéen.

Même son de cloche pour Guillaume Boivin (95e, +29 minutes 48 secondes) qui s’est lancé dans les bras de son coéquipier quelques instants seulement après avoir terminé sa course.

Le 19 juillet 2022 sera une date historique pour le cyclisme québécois grâce à la performance inspirée d’Hugo Houle qui demeurera à jamais dans le livre des records comme étant le premier Québécois à triompher au Tour de France, en 109 ans d’histoire.

«Je suis content d’avoir pu vivre cette victoire avec Antoine et Guillaume. J’ai été longtemps le seul Québécois sur le World Tour, donc je suis heureux d’avoir de vieux amis avec moi maintenant. Si je peux inspirer la prochaine génération de cyclistes québécois, j’en serai extrêmement honoré», a-t-il conclu.