HKN-SPO-COLORADO-AVALANCHE-V-PITTSBURGH-PENGUINS

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Matheson fan du Tricolore depuis son enfance

Publié | Mis à jour

Michael Matheson ne ment pas quand il dit qu’il est un partisan du Canadien de Montréal depuis son enfance.

Une photo avec sa mère, Margaret, sur laquelle on le voit, bambin, habillé d’un chandail aux couleurs de l’équipe, a immortalisé les balbutiements de sa passion pour le Bleu-Blanc-Rouge.

«J’allais voir les matchs du Canadien avec mon fils quand il était jeune, raconte avec émotion son père, Rod, en entrevue avec "Le Journal de Québec". Jamais je ne l’aurais imaginé porter ce chandail. C’est un moment incroyable. Son premier match avec Montréal, ce sera très spécial.

«J’ai 61 ans. Et je dirais que ça fait 61 ans que je suis partisan du Canadien», ajoute-t-il.

En visioconférence, lundi, Michael s’est remémoré d’autres souvenirs d’enfance, comme l’admiration qu’avait tout le clan Matheson pour Saku Koivu.

Président d’une compagnie à Pointe-Claire, Rod Matheson se rappelle bien avoir admiré le petit capitaine finlandais lors de ses années à Montréal.

Mais aussi, il se souvient d’avoir acheté le fameux chandail numéro 11 à Michael quand il était enfant.

«Il le portait quand il jouait au hockey dans la rue. Il se prenait pour Saku, raconte-t-il. Koivu, c’était un joueur incroyable. Et il y a eu toute sa bataille contre le cancer. C’est pourquoi on l’aimait tant. C’était facile de prendre pour lui.»

Chaud au cœur de grand-papa

M. Matheson reconnaît avoir subi deux chocs quand il a appris que son fils revenait là où il a grandi.

Il y a eu le choc de la transaction, puis celui de voir son garçon dans l’uniforme tricolore.

Car l’échange ne fait pas seulement en sorte qu’il pourra aller voir son fils en action près de chez lui, ce qu’il compte faire très souvent d’ailleurs.

Il permettra aussi au grand-papa de voir grandir son petit-fils Hudson, qui vient tout juste d’avoir un an.

«Les derniers étés, Michael [et sa femme Emily] demeurait plus longtemps à Pittsburgh, où il avait acheté une maison. Ça fait chaud à mon cœur de père de pouvoir les voir plus souvent, mais aussi de voir mon petit-fils», dit-il.

Son téléphone vibrait fort

Et visiblement, il n’y a pas que son père qui était heureux de voir Matheson être échangé au Canadien. Il y a aussi sa femme, une ancienne hockeyeuse américaine, qui a passé plusieurs mois à Montréal par le passé.

«Elle a pu voir la réaction sur mon visage, voir à quel point c’était spécial pour moi d’aller jouer là où j’ai grandi», a pointé le défenseur.

Mais aussi, plusieurs autres membres de sa famille ainsi que des amis semblaient très énervés par la nouvelle.

Car quand Matheson a discuté avec le directeur général du CH, Kent Hughes, peu après la transaction, son nouveau patron — et ancien agent — lui a dit que la nouvelle ne serait pas annoncée immédiatement.

«Mais mon téléphone vibrait tellement à ce moment, je recevais tellement de messages que j’ai compris qu’il avait dû y avoir une fuite», a ri le hockeyeur.