Crédit : Dario Ayala / Agence QMI

Sports amateurs

La confiance de Pamela Ware revient peu à peu

Publié | Mis à jour

Forte de trois médailles en autant d’épreuves à l’Invitation de Bolzano, cette fin de semaine en Italie, Pamela Ware a conclu sa saison sur une bonne note. 

Elle se concentrera maintenant sur l’entraînement en prévision d'une campagne 2023 décisive pour les Jeux olympiques de Paris.

En Italie, la Québécoise de 29 ans a notamment enfilé la médaille d’or en compagnie d’Aimée Wilson au 3 mètres synchro, puis elle a été décorée de bronze aux tremplins de 1 m et de 3 m. Au Grand Prix de plongeon, du 9 au 12 juin à Calgary, elle avait précédemment récolté deux médailles.

Après son plongeon raté en demi-finale du 3 m aux Jeux olympiques de Tokyo qui lui a valu un pointage de 0, l'année dernière, la plongeuse profite de chaque bon coup pour reconstruire sa confiance.

«Je suis vraiment satisfaite de mes résultats, mais en même temps, je suis déçue parce que mes plongeons auraient pu être meilleurs, a-t-elle fait comme bilan, mardi. Mais je travaille fort et j’essaie de retrouver ma confiance. Ça prend plus de temps que prévu, mais je vais dans la bonne direction.»

«Ça me donne un petit bout de confiance avec des médailles lors de compétitions internationales. J’ai hâte de revenir aux Championnats du monde. Ça fait du bien de démontrer aux autres que je peux encore être au sommet.»

Une année occupée

Le monde du plongeon n’a pas été épargné au cours des deux dernières années. La pandémie de COVID-19 a bien entendu fait son œuvre avec une multitude d’annulations, mais l’invasion russe de l’Ukraine aussi. En effet, trois des quatre escales des Séries mondiales en 2022 devaient avoir lieu en Russie ou en Chine, l’autre étant initialement prévue à Montréal.

Puisqu’elle n’est pas parvenue à se qualifier pour les Mondiaux et les Jeux panaméricains au cours des Nationaux, plus tôt cette année, Ware a donc connu une saison somme toute peu occupée. Elle prendra maintenant quelques jours de repos cet été et reprendra l’entraînement avec son nouvel entraîneur Hui Tong, avec l’objectif de se qualifier pour les JO.

«Ça va extrêmement bien avec Tong, s’est-elle réjouie. Ce que j’aime le plus avec lui, c’est que nous sommes plus des partenaires. Alors à l’entraînement, on ne suit pas nécessairement le même horaire que tout le monde. On travaille ensemble pour faire ce qui est le mieux pour moi. Ça fait du bien de travailler avec quelqu’un qui comprend ça.»

Ware travaille notamment sur un nouveau plongeon qui remplacera le périlleux et demi renversé avec trois vrilles et demie qui lui a fait défaut à Tokyo.

«Je ne l’ai pas encore utilisé. J’y travaille encore juste pour être sûre que je peux l’utiliser en compétition. Mais ça viendra bientôt.»