Canadiens de Montréal

Montembeault n'a jamais cessé d'y croire

Publié | Mis à jour

Même durant ses longs séjours dans la Ligue américaine (LAH), Samuel Montembeault n’a jamais cessé de croire qu’un jour, il obtiendrait un contrat à un volet comme celui que lui a accordé le Canadien, lundi.

«Malgré que je passais beaucoup de temps dans la LAH, chaque année, j’avais la chance de jouer des matchs dans la Ligue nationale [LNH]», a expliqué le gardien québécois par visioconférence, mardi, au sujet de ses années avec les Panthers de la Floride.

Voyez le point de presse de Samuel Montembeault dans la vidéo ci-dessus.

«Mais j’ai toujours cru que c’était possible, a-t-il ajouté, et je suis encore plus content que ce soit dans l’uniforme du Canadien. Maintenant, je dois travailler pour arriver prêt au camp d’entraînement.»

Comme à Montréal

Certes, Montembeault reconnaît qu’il a vécu des moments difficiles quand il faisait la navette entre les deux circuits, entre 2017 et 2021.

«On a eu beaucoup de blessures à ma deuxième saison, avec Springfield. Les Panthers en avaient aussi, alors on perdait beaucoup de joueurs. Je jouais de bons matchs, mais je pense que j’ai passé deux mois sans gagner», s’est remémoré le gardien de 25 ans.

Une situation qui ressemble à celle du Canadien l’an dernier. Sans connaître pareille disette, avec devant lui un club peu compétitif et criblé de blessures, Montembeault a connu une séquence de six revers et deux autres de cinq défaites.

Il a finalement terminé la dernière campagne avec un dossier de 8-18-6, une moyenne de buts alloués de 3,77 et un taux d’efficacité de ,891. Mais son travail a été récompensé par le pacte de deux ans et 2 millions $ que lui a consenti le Canadien lundi.

Fini la douleur

Opéré au poignet durant l’entre-saison, Montembeault dit que sa récupération «se passe super bien». Il ne ressent plus de douleur.

Il lui manque encore «un peu d’amplitude» et pourra recommencer à recevoir des lancers cette semaine.

«Au début, quand [je jouais des matchs l’an dernier] et que je pensais à faire un arrêt du bloqueur, je savais qu’il y avait des chances que ça fasse mal. Mais on a fait un super bon travail afin de contrôler la douleur, a-t-il expliqué. Ça m’a permis de terminer la saison.»

Sa charge de travail avait de toute façon diminué en fin d’année avec le retour de Carey Price, le temps de quelques rencontres.

Un message texte d’Allen

Montembeault ne sait pas encore à quoi elle ressemblera cette saison – tout dépendra de l’état de santé de Price –, mais il se dit heureux de la relation qu’il entretient avec les deux autres gardiens de l’organisation.

«Ils ne m’ont pas donné beaucoup de conseils, je travaille surtout avec l’entraîneur des gardiens, a pointé Montembeault. Mais c’est sûr que lorsqu’ils sont sur la glace avec moi, ils me disent de petites choses.»

«Mais juste de les regarder sur la glace... Carey est tellement impressionnant, il a une super éthique de travail et Jake [Allen] aussi. Ils ont été vraiment gentils avec moi, Jake m’a écrit [lundi] quand j’ai signé mon contrat. Ce sont de super coéquipiers.»