Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Un peu de la culture des Penguins avec le CH

Publié | Mis à jour

Michael Matheson souhaite amener dans le vestiaire du Canadien un peu de ce qu’il a appris au cours de ses deux saisons passées à Pittsburgh.

«Je veux me servir de ce que j’ai appris dans les amitiés que j’ai bâties chez les Penguins et de la culture spéciale qu’ils ont créée là-bas. C’est ce que ça prend pour gagner dans cette ligue», a commenté le nouveau défenseur du CH, lundi, dans une visioconférence. 

À 28 ans, avec 417 matchs réguliers de la LNH dans le corps, Matheson sera le deuxième défenseur le plus expérimenté du Canadien. Seul David Savard (673) a disputé plus de rencontres que le Montréalais. 

Ils ont gagné leur place 

Mais l’arrière ne croit pas pour autant qu’il aura un rôle de mentor auprès de joueurs comme Kaiden Guhle, Jordan Harris ou Justin Barron. Sauf si ce sont eux qui sollicitent ses conseils. 

«Les jeunes défenseurs du Canadien, ils sont là pour une raison, soulève Matheson. Ils ont gagné leur place, ils n’ont plus besoin d’un mentor.» 

Mais en même temps, le Québécois se rappelle avoir profité des conseils de joueurs comme Sidney Crosby, Evgeni Malkin et surtout Kristopher Letang, de qui il tente de s’inspirer, lors de ses deux campagnes passées dans l’uniforme des Penguins. 

«Je ne dis pas que je serai comme Sid, Kris ou Geno [Malkin] pour ces jeunes. Ces trois gars sont une bonne coche au-dessus de moi. Mais si je peux faire quoi que ce soit pour les aider, leur apprendre ce que j’ai moi-même appris, ça pourra aider l’équipe.» 

Sa meilleure saison offensive 

Échangé des Panthers aux Penguins avant le début de la saison 2020-2021, Matheson reconnaît avoir profité de ce changement d’air pour remettre sa carrière sur le droit chemin. 

Ses derniers moments en Floride avaient été laborieux et il estime avoir beaucoup développé son jeu en Pennsylvanie. 

Si bien que la saison dernière, le gaucher — qui ne refuserait pas de jouer du côté opposé, là où le Canadien a un criant besoin — a connu sa meilleure saison offensive, avec 31 points, dont 11 buts, en 74 parties, en plus de maintenir un différentiel de +33. En séries, l’arrière de 6 pi et 2 po et 188 lb a ajouté six points en sept matchs. 

Les bouchées doubles 

Il ne connaît pas encore le rôle qu’il occupera à Montréal. Mais il se dit prêt à mettre les bouchées doubles, lui qui verra sans doute plus d’action qu’avec les Penguins, et contre de meilleurs trios adverses. 

«Je suis prêt à avancer encore davantage dans ma carrière. Je sais que ce sera un défi, mais c’est le genre de défi dont j’ai envie», affirme-t-il.

*******

Un lourd contrat signé trop jeune?

Dans son point de presse, quelques heures après l’officialisation de la transaction qui a fait passer Michael Matheson au Canadien, le directeur général Kent Hughes avait évoqué que le défenseur avait peut-être subi une pression supplémentaire en signant à 23 ans un pacte de huit ans et de 39 millions $.

Hughes savait de quoi il parlait. À l’époque, il était l’agent du Montréalais.

Un apprentissage

Matheson ne sait pas si c’est réellement ce contrat qui fut l’instigateur de ces moments difficiles qu’il a connus avec les Panthers.

En 2018-2019, il a notamment affiché un triste différentiel de -24.

Il reconnaît cependant que ses dernières saisons en Floride ont été dures.

«J’ai traversé des moments difficiles [après la signature]. Ce ne fut pas facile», a reconnu le défenseur lundi.

«Mais, a-t-il poursuivi, ils m’ont mené vers qui je suis aujourd’hui. Alors je crois que ce fut un bel apprentissage. Traverser pareils moments, c’est important pour n’importe quel joueur, si tu es capable d’en ressortir grandi et de t’en servir à ton avantage.»

D’agent à patron

Aujourd’hui, Hughes n’est plus son agent, mais son patron.

«Notre relation a toujours été très bonne quand c’était mon agent, a-t-il expliqué. Nous avons discuté quand il pensait prendre le poste à Montréal, et j’étais vraiment excité quand il a accepté.

«C’est sûr que maintenant, notre relation sera plus professionnelle. Mais, c’est bon pour moi d’avoir ici quelqu’un que je connais, qui pourra m’aider.»