Crédit : Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal / Agence QMI

Canadiens de Montréal

Section Atlantique: ça s'annonce déjà difficile pour le CH

Publié | Mis à jour

Les derniers jours, que ce soit ceux du repêchage amateur ou de l’ouverture du marché des joueurs autonomes, ont donné lieu à quantité de changements dans la Ligue nationale de hockey (LNH). 

Du côté de la section Atlantique, la partie ne sera pas de tout repos pour le Canadien de Montréal.

La troupe de l’entraîneur-chef Martin St-Louis a vu tous ses concurrents directs s’améliorer ou, à tout le moins, conserver suffisamment leurs acquis pour rester compétitifs. Les changements apportés au groupe de patineurs du Tricolore, notamment les départs d’Alexander Romanov et de Jeff Petry, n’ont pas convaincu les observateurs et les partisans, hormis ceux prédisant encore une fois la cave du classement général à l’équipe.

Effectivement, les gros noms se retrouvant dans la même division que le Canadien sont dangereux. Il ne suffit pas de regarder loin pour en trouver, car à Ottawa, les Sénateurs ont transmis un message fort à leur public, acquérant Claude Giroux, Alex DeBrincat et Cam Talbot. Ces trois hommes donneront assurément du lustre à une formation n’ayant pas accédé aux séries depuis le printemps 2017. Pour l’un, DeBrincat s’amène des Blackhawks de Chicago fort de deux saisons d’au moins 40 buts, tandis que Giroux offrira une dose de leadership significative.

Chez les Red Wings de Detroit, le directeur général Steve Yzerman n’a pas chômé. Le gardien Ville Husso saura possiblement mieux faire que ses prédécesseurs. À l’avant, l’arrivée de David Perron et d’Andrew Copp enlèvera de la pression sur les épaules de Dylan Larkin. L’ancien du CH Ben Chiarot devrait également se montrer aussi fiable qu’auparavant à l’arrière.

Autre club exclu des séries 2022, les Sabres de Buffalo ont été plus calmes, espérant voir les Rasmus Dahlin, Tage Thompson ainsi que possiblement les jeunes Jack Quinn et Owen Power s’épanouir davantage. Devant le filet, ils miseront sur Craig Anderson, Malcolm Subban et Eric Comrie.

Le top 4

Les quatre formations de la section ayant pris part aux séries ont fait parler d’elles également dans les dernières semaines. Les Maple Leafs de Toronto ont laissé aller Jack Campbell au profit d’Ilya Samsonov et de Matt Murray, qui auront la mission de calmer les ardeurs de partisans attendant la coupe Stanley depuis 1967. À la défense, deux figures connues à Montréal, Victor Mete et Jordie Benn, débarqueront dans la Ville Reine. Certes, avec Auston Matthews et compagnie, le club représentera encore une menace.

Chez les finalistes de la Coupe Stanley, le DG Julien BriseBois a dit au revoir à Ondrej Palat, qui a quitté le Lightning de Tampa Bay pour se joindre aux Devils du New Jersey, et à Ryan McDonagh, refilé aux Predators de Nashville. Néanmoins, les «Bolts» demeurent redoutables avec Steven Stamkos, Nikita Kucherov et autres. Et, BriseBois s’est bien assuré de le rappeler au reste de la ligue en déboursant près de 160 millions $ en 10 minutes, mercredi, quand il a offert des prolongations contractuelles à Mikhail Sergachev, Anthony Cirelli et Erik Cernak.

Pour ce qui est des Panthers de la Floride, récipiendaires du dernier trophée des Présidents, le groupe est toujours dangereux malgré la perte de quelques éléments comme Giroux et Chiarot. La bande de Jonathan Huberdeau comptera sur de nouveaux visages tels Nick Cousins, Colin White et Marc Staal.

Finalement, le cas des Bruins de Boston continue de faire jaser en raison du statut entre autres de Patrice Bergeron, officiellement joueur autonome. Le Québécois a dit que s’il disputait la prochaine campagne, ce sera au Massachusetts et nulle part ailleurs. De plus, le nom du vétéran David Krejci a refait surface dans les jeux de coulisses, lui qui a joué en République tchèque l’an passé.

Dans le plus concret, les Bruins ont transigé avec les Devils pour obtenir Pavel Zacha, le sixième choix au total du repêchage 2015.