Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Joueurs Autonomes

Johnny Gaudreau fait consensus à Columbus

Publié | Mis à jour

Le consensus est bien présent chez les Blue Jackets de Columbus. Quelques jours après le coup d’éclat du directeur général Jermo Kekäläinen, tous semblent s’entendre pour dire que l’arrivée de Johnny Gaudreau permettra à l’équipe de passer à la prochaine étape.

L’ancien des Flames de Calgary a en effet accepté un contrat de sept ans et de 68,250 millions $ à l’ouverture du marché des joueurs autonomes de la Ligue nationale de hockey (LNH), mercredi.

L'entraîneur-chef Brad Larsen est l'un de ceux qui semblent les plus enthousiastes, rêvant déjà aux jeux de puissance de son équipe.

«C'est un joueur d'élite, a lancé d’entrée de jeu Larsen, lundi, selon le site officiel de l’équipe. Il a été productif toute sa carrière. Je crois que ses atouts sont rares; ce qu’il fait et au rythme qu’il le fait et avec la façon dont on joue dans la LNH aujourd’hui. Tout le monde parle de sa taille, mais je pense qu’il fait de l’excellent travail pour gérer cet aspect à un niveau très élevé.»

«Avec sa vitesse et sa capacité à faire des jeux à grande vitesse, il améliore instantanément votre jeu de puissance. Ce sont toutes ces choses qui vous passent par la tête.»

Du leadership

Avec 40 buts et 115 points en 2021-2022, Gaudreau a démontré qu’il était en mesure de contribuer offensivement. Selon le défenseur Zach Werenski, il apportera également d’autres atouts importants, notamment dans le vestiaire.

«C'est vraiment impressionnant de le voir de près, a dit Werenski. Quand vous êtes dans la salle avec lui et qu'il fait ce qu’il est capable d'accomplir, sa présence se fait vraiment sentir. Les médias et les partisans [de Columbus] vont voir une toute nouvelle facette de Johnny Gaudreau dont ils ont seulement entendu parler.»

Les Blue Jackets ont raté les séries éliminatoires au cours des deux dernières années. Mais avec l’arrivée de Gaudreau et le développement de jeunes joueurs comme Cole Sillinger, Alexandre Texier et Adam Boqvist, notamment, l’optimisme est bien présent dans les rangs du club de l’Ohio.

«Nous croyons aux pièces que nous avions ici et nous sommes jeunes à certains endroits, mais nous croyons en ce que nous avons, a lancé Sean Kuraly. Ajouter un joueur comme Johnny permet d’accélérer le plan un peu.»

«Comme joueur, c’est excitant. Nous voulons retourner au travail.»