Canadiens de Montréal

Jeff Petry et Ryan Poehling prennent le chemin de Pittsburgh

Publié | Mis à jour

Le directeur général Kent Hughes n’avait pas caché son jeu : ses mains étaient liées tant et aussi longtemps qu’il n’avait pas réglé le dossier de Jeff Petry.

Hughes avait promis qu’il n’allait pas simplement donner le défenseur de 34 ans, ou encore débourser un choix au repêchage pour se départir de son contrat.

Il a ainsi respecté sa promesse, samedi, en envoyant Petry et le joueur de centre Ryan Poehling aux Penguins de Pittsburgh, mettant la main sur le Québécois Mike Matheson et un choix de quatrième tour en 2023 en retour.

La transaction a eu de quoi faire sourciller certains partisans du CH en raison de l’ampleur de l'entente de Matheson, lui qui touchera un salaire annuel moyen de 4,875 millions $ pour les quatre prochaines saisons.

«Petry devait être échangé à une équipe qui aspire aux grands honneurs en raison de son âge et de son contrat, a expliqué Hughes en visioconférence. C’était difficile d’y parvenir sans obtenir un contrat en retour.»

Le numéro 26 avait demandé d’être échangé à une équipe américaine en fin de campagne pour des raisons familiales, après avoir passé huit saisons dans l’uniforme bleu-blanc-rouge. Séparé de sa famille, il a connu certains de ses moments les plus difficiles avec le Tricolore, mais il aura été l’un des rouages les plus importants de l’équipe tout au long de son passage de 508 rencontres à Montréal.

«Il est très reconnaissant de pouvoir rejoindre un marché américain, a noté le DG. Nous savons que ça facilitera la vie de sa famille. De plus, [les Penguins] visent la coupe Stanley.»

En vertu de cette transaction et de la mise sous contrat de Rem Pitlick, le Tricolore jouit seulement d'un peu plus de 1,2 million $ sous le plafond salarial et doit encore s’entendre avec Kirby Dach, Cayden Primeau et Samuel Montembeault.

«Nous avons encore des problèmes quant à la masse salariale, a avoué Hughes. Nous continuerons d’explorer nos possibilités pour réduire nos engagements financiers. [Mais] nous savons que nous bénéficierons de davantage de flexibilité lorsque certains contrats viendront à échéance.»

Poehling, un autre échec au premier tour

Inclus dans la transaction comme une cerise sur le gâteau puisque les «Pens» avaient besoin de profondeur au centre, Ryan Poehling a perdu de son lustre depuis qu’il a réussi un tour du chapeau à son premier match dans le circuit. Ses 22 points en 85 rencontres dans la LNH en sont la preuve.

«[L’ajout de Poehling] procure aux Penguins de la sécurité au centre, a enchaîné Hughes. Nous nous sentions confortables au milieu de la patinoire avec l’arrivée de Kirby Dach et nous avions beaucoup d’attaquants qui ont des ententes à un volet.»

L'attaquant américain de 23 ans représente un autre échec au repêchage du groupe de direction précédent : tous les choix de premier tour du CH entre 2006 et 2018 n’évoluent plus à Montréal, sans exception.

COMMENTAIRES DE MICHEL BERGERON AU TVA NOUVELLES -