CF Montréal

«Un privilège que je n’ai jamais pris à la légère» -Mauro Biello

Publié | Mis à jour

Pour Mauro Biello, défendre les couleurs de l’Impact de Montréal ont été le plus grand honneur imaginable, et le club le lui rendra bien en intronisant son ancien capitaine au «Mur de la renommée» de l’équipe, samedi. 

Celui qui a patrouillé le milieu de terrain du Bleu-Blanc-Noir dans les années 1990 et 2000 était accompagné du président du conseil d’administration du CF Montréal, Joey Saputo, et du président et chef de la direction, Gabriel Gervais, vendredi, en prévision de la cérémonie du lendemain.

Voyez le début de la conférence de presse, ci-dessus.

 Humble, Biello a reçu avec modestie les hommages de Saputo et de Gervais, qui l’entouraient lors d’une conférence de presse tenue ce matin.

«C’est spécial d’entendre tous ces mots, c’est sincère de leur part de parler de moi de cette manière», a avancé Biello.

«Je suis extrêmement fier d’avoir fait partie de ce club. Je pense que ça va être une journée spéciale de revivre ces moments-là.»

Gervais a rappelé que Biello a été un modèle pour lui.

«J’ai joué mes sept saisons avec Mauro. J’ai appris à être un bon professionnel, il m’a montré des valeurs familiales, à être un bon mari, un bon père. Je suis une meilleure personne à tous les niveaux grâce à Mauro.»

Sens de l’humour

Sutton, qui a été coéquipier de Biello pendant plusieurs campagnes, n’avait que du bon à dire une fois la conférence de presse terminée.

«Nous avions une très belle relation, a assuré l’ancien gardien. Il s’entendait bien avec tout le monde. On se moquait toujours l’un de l’autre. Il se faisait toujours taquiner, mais c’était le meilleur joueur de l’équipe, et on ne voit pas ça souvent.

«Il a un bon sens de l’humour qui fait en sorte qu’il prenait toujours ça de la bonne façon et qu’on pouvait continuer de le faire. C’était un excellent capitaine et un très bon leader qui était toujours positif.»

L’attitude de Biello a permis à l’équipe de traverser les tempêtes.

Un rêve

Biello se considère chanceux d’avoir pu jouer l’essentiel de sa carrière chez lui.

«J’aimerais remercier la famille Saputo de m’avoir permis de vivre mon rêve chez moi. Ce club a toujours été capable de faire ressortir le meilleur de moi. De pouvoir jouer devant nos partisans et ma famille, c’était un privilège.»

C’est aussi ici qu’il a fait ses premiers pas comme instructeur, d’abord comme adjoint, puis comme entraîneur-chef, de 2015 à 2017.

«J’ai vécu des expériences que je ne pourrai jamais oublier et qui me servent en ce moment avec l’équipe du Canada.»

Expérience d’une vie

Depuis quatre ans, il œuvre au sein de la formation nationale masculine et il aura la chance, dans quatre mois, de vivre une première Coupe du monde.

«J’avais l’expérience de la MLS, mais j’ai la chance de travailler avec John Herdman [entraîneur-chef de l’équipe canadienne] et j’ai appris beaucoup.

«On a cette tâche d’aller à la Coupe du monde et de bien faire. On se prépare à faire vivre des émotions à tout un peuple et tout un pays.»

Quant aux problèmes de gouvernance qui frappent actuellement Soccer Canada, Biello s’est montré prudent.

«Ce sont des choses qui vont se régler. Le staff se concentre sur la préparation de l’équipe.» 

Les fameux crampons

Gervais, qui a partagé le terrain avec l’actuel entraîneur adjoint de la formation masculine du Canada, n’avait que de bons mots à dire de son ami, et une sympathique anecdote.

«La première fois que j’ai vu Mauro, c’était dans les faits saillants des matchs de l’Impact à la télé. C’était au milieu des années 1990. J’ai constaté le talent de Mauro : il était explosif et avait le flair pour marquer des buts. Mais honnêtement, ce qui a attiré le plus mon attention, c’était tes crampons jaunes», a mentionné Gervais, arrachant un sourire à l’ancien capitaine.

Gervais décrit Biello l'entraîneur -

Pour l’histoire, les souliers colorés au soccer, surtout à l’époque, sont peu recommandés pour les joueurs offensifs, puisqu’ils attirent l’attention des défenseurs adverses. Qu’à cela ne tienne, Biello avait le talent nécessaire pour porter le jaune, et Gervais l’a rapidement constaté quand il l’a vu en vrai au Complexe sportif Claude-Robillard.

«À mon humble avis, il est le plus grand joueur de l’histoire du club, pas seulement à cause des records, mais parce que c’était un vrai professionnel, un vrai joueur d’équipe, un leader et un exemple dans la communauté», a ajouté Gervais.

Le CF Montréal tiendra une cérémonie en l’honneur de Mauro Biello samedi au Stade Saputo, avant le match contre le Toronto FC.

Cette cérémonie aura lieu samedi soir à l’occasion du match contre le Toronto FC, sur les ondes de TVA Sports.