Crédit : AFP

Omnium Britannique

Marche historique

Publié | Mis à jour

ST ANDREWS, Écosse | Quand Tiger Woods s’est engouffré dans l’allée du 18e et qu’il a traversé Swilcan Bridge du Old Course de St Andrews, vendredi, les dizaines de milliers de spectateurs se sont levés dans les massifs gradins pour acclamer le golfeur aux trois Claret Jug.

Dès la sortie du tertre, ses compagnons de jeu Max Homa et Matt Fitzpatrick ont ralenti le pas pour laisser l’immense étendue gazonnée au Tigre de 46 ans. D’un bon pas, celui-ci a traversé l’emblématique ponceau de pierre en agitant sa casquette. Et...

En apercevant l’ovation gagner de l’ampleur, sa marche est aussitôt entrée dans la riche histoire de l’Omnium britannique. Woods a baissé la tête en portant sa main à ses yeux pour essuyer quelques larmes. Il a ensuite continué de secouer sa casquette pour les spectateurs qui l’ont soutenu depuis 1995.

Crédit photo : AFP

«J’ai senti toute cette chaleur collective et respectueuse. Ils comprennent la signification du golf et tout ce qu’il faut faire pour devenir un champion de l’Open. J’ai été assez chanceux pour gagner deux fois à St Andrews», a expliqué celui qui n’est certainement pas le plus braillard du plateau.

«C’était un moment très émotif, car je ne sais pas ce que la vie me réserve quant à ma santé», a-t-il enchaîné après avoir remis sa carte de 75 (+3) l’évinçant ainsi des rondes du week-end en raison d’un score cumulatif de +9.

Rotation inconnue après 2025

Était-ce sa dernière promenade en plein cœur du 18e à St Andrews dans le cadre de l’Open ?

Fort possiblement.

Car le Royal and Ancient (R&A) n’a pas confirmé un retour au Old Course avant 2026 ou 2027. Woods et Jon Rahm croient d’ailleurs que ce serait plutôt en juillet 2030.

Le Tigre aura alors dépassé la cinquantaine. Avec les blessures et l’âge, il ne sera plus compétitif.

«Je peux encore participer aux prochains omniums britanniques, mais je ne sais pas si je vais encore être en mesure de jouer lorsqu’il sera à nouveau disputé ici.

«Je sens donc que c’est mon dernier Open à St Andrews. Les spectateurs, les ovations et la chaleur en ont fait un moment incroyable.»

Woods se souvient bien des adieux d’Arnold Palmer en 1995. Il participait alors à son premier omnium britannique. Il a assisté à son premier coup de départ en deuxième ronde. Et en 2005, il avait vu Jack Nicklaus tirer sa révérence sur le Swilcan Bridge. Il se rappelle très bien ces moments uniques et les ovations aussi bruyantes que chaleureuses de la foule.

Son moment

En se présentant au tertre du 18e, jamais il n’a réfléchi au moment qui l’attendait, car il hésitait entre deux bâtons. Le bois 3 ou le bois 5 ?

Après une bonne claque de bois 3 qui a propulsé sa balle à quelques verges du vert, ses compagnons de jeu et les cadets l’ont laissé se diriger seul vers le Swilcan Bridge.

Il a cherché son cadet Joe LaCava pour lui remettre son bâton. Appréhendant le moment, celui-ci lui avait laissé intentionnellement une longueur d’avance.

«C’est là que j’ai réalisé ce qui allait se passer», a relaté Woods en point de presse quelques minutes après avoir remis sa carte, les yeux encore luisants.

«J’ai réfléchi au prochain Open sur ce parcours. Peut-être que je n’y serai pas. Et quand j’ai aperçu Rory dans l’allée du premier trou me faire un signe en baissant sa casquette, j’ai vraiment apprécié. Justin Thomas a fait la même chose sur le premier tertre. Les gars ont hoché de la tête en me voyant avancer. C’est une énorme marque de respect. C’est une fraternité professionnelle agréable à ressentir.»

En entendant l’ovation gagner de l’ampleur dans les gradins et sur la rue Golf Place alors qu’il s’avançait en direction du vert, c’est là que les émotions l’ont gagné et qu’il a essuyé des larmes.

«J’ai senti que ce championnat était sur la ligne même si les gens savaient que je ne résistais pas au couperet. Ils savent ce que j’ai traversé. Les amateurs ont apprécié ce que j’ai accompli à travers les années, car j’y ai mis tout mon cœur et toute mon âme. J’ai gagné deux de mes trois titres ici. J’ai connu du succès à ce tournoi et en Écosse. Tout est venu me chercher dans cette marche vers ma balle.

«J’ai toujours respecté ce championnat et les traditions de ce sport. J’ai senti tout le respect des amateurs», a souligné Woods.

Pas de retraite

L’homme aux 15 titres majeurs a assuré qu’il ne prendra pas sa retraite prochainement. Toutefois, il ne sait pas du tout quand il renouera avec la compétition. Il ne faut pas s’attendre à le revoir sur les allées avant la fin de l’automne. Son tournoi aux Bahamas, le Hero World Challenge, est prévu dans la semaine du 28 novembre.

Fier de sa réussite en 2022 puisqu’il a pu revenir au jeu 14 mois après le terrible accident de la route qui a broyé sa jambe droite, il a participé à trois championnats majeurs.

Sur une note humoristique, Woods, maintenant membre honoraire du R&A, estime qu’il reviendra probablement à St Andrews dans un dessein récréatif.

«Mon fils Charlie voudra certainement essayer ce parcours. J’ai mon casier dans le vestiaire. Comme je suis membre, je serai en mesure de réserver un temps de départ plus facilement», a-t-il souri à pleines dents.

Ce n’est donc qu’un au revoir.