Crédit : Thierry Laforce / Agence QMI

Alouettes de Montréal

Alouettes: nouvel entraîneur-chef, même résultat

Publié | Mis à jour

L’arrivée de Danny Maciocia sur les lignes de côté n’a pas permis aux Alouettes de sortir de leur torpeur, eux qui ont perdu 32 à 31 contre les Elks d’Edmonton, jeudi soir, au State Percival-Molson.

La troupe de celui qui a pris l’intérim de Khari Jones a de nouveau trouvé le moyen d’échapper une avance, elle qui menait 31 à 12 avec trois minutes à faire au troisième quart. Les visiteurs ont profité des largesses de leurs rivaux pour inscrire 20 points sans riposte et se sauver avec la victoire, leur deuxième en six sorties en 2022.

«Celle-là est difficile, nous menions par 19 points...», a lâché Maciocia après la rencontre.

«Nous devons apprendre à finir le travail et développer l’instinct du tueur, ce que nous n’avions clairement pas. [...] Je sais qu’il s’agit d’un cliché, mais nous devons apprendre à jouer pendant 60 minutes.»

Une très vilaine séquence

Plusieurs joueurs en défensive s’en voudront sur la séquence qui a permis aux Elks de prendre les devants, alors qu’ils ont eu l’occasion de rabattre au sol le quart Taylor Cornelius à un moment clé. Ce dernier s’est faufilé comme une anguille et a trouvé l’un de ses coéquipiers sur 17 verges. Sur le jeu suivant, Wesley Sutter a écopé d’une pénalité pour avoir gêné un receveur, ce qui a permis à Edmonton d’avancer de 50 verges. Ce qui devait arriver arriva et les Elks ont pris les devants avec un peu plus de trois minutes à faire.

C’était la troisième pénalité de ce type pour Sutter, qui a ainsi donné plus de 100 verges à l’adversaire.

«Je n’ai pas fait ce que je me devais de faire, a indiqué numéro 37, qui était assez piteux. Nous sommes une bonne équipe de football, mais nous nous sommes tirés dans le pied. Nous ne pouvons pas continuer de faire ça. Nous ne gagnerons pas de cette manière.»

Récupérant le ballon avec encore du temps au tableau indicateur, l’attaque des Alouettes a échoué lamentablement et le club montréalais a subi une quatrième défaite en cinq parties.

Quelques points positifs, mais...

Avant cette débandade, les Moineaux avaient tout de même démontré quelques belles choses. Pour la première fois de la saison, l’attaque a inscrit quatre touchés dans un même match. Elle a aussi converti quatre de ses cinq présences dans la zone rouge et fait preuve de beaucoup plus de créativité.

«Nous avons inscrit 31 points, ce qui n’est pas mauvais. Évidemment, nous ne devons pas nous satisfaire de ça», a dit le quart-arrière Trevor Harris.

L’attaque a aussi été victime de deux revirements en deuxième moitié du match.

«Nous avions l’opportunité d’aller chercher plus de points et nous avons lancé des interceptions, a souligné Maciocia. Quand tu as ton adversaire à terre, tu te dois de trouver une façon de finir le match en continuant d’inscrit des points. On ne sait jamais ce qui peut arriver dans le football à trois essais.»

Défensivement, Marc-Antoine Dequoy a réalisé sa deuxième interception en carrière. Au deuxième quart, il a ramené le ballon sur 50 verges et a été arrêté à la ligne d’une verge par Cornelius.

Ayant inscrit des majeurs à ses deux dernières parties, le retourneur de botté Chandler Worthy n’a pas été en mesure de récidiver et d’ajouter son nom au livre des records de la Ligue canadienne. Il a tout de même été une menace constante avec le ballon en main et amassé 148 verges.

Les champions de 2002 célébrés

À défaut d’assister à une victoire de leurs favoris, les partisans présents ont eu l’occasion d’acclamer plusieurs joueurs de l’édition championne de la coupe Grey de 2002.

L’organisation montréalaise a profité de la mi-temps pour souligner les 20 ans du sacre contre le club d’Edmonton. Parmi les anciens joueurs présents, Ben Cahoon a eu droit à la plus grosse réaction de la foule.

Croisé avant la cérémonie, Cahoon a évoqué la relation particulière qu’il possède avec les amateurs montréalais.

«C’est tellement spécial. Je n’ai jamais vraiment compris l’histoire d’amour qui existe entre nous, mais je l’apprécie énormément et j’adore les partisans. Je me sens privilégié», a exprimé l’ancien receveur de passes étoile.