Canadiens de Montréal

Bouillon ne veut rien savoir du poste vacant

Publié | Mis à jour

Martin St-Louis aura besoin d’un nouvel adjoint en raison du départ de Luke Richardson qui a accepté le poste d’entraîneur-chef avec une autre équipe en reconstruction, les Blackhawks de Chicago.

St-Louis peut déjà rayer le nom d’un candidat potentiel. Francis Bouillon, qui s’occupe du développement des joueurs avec l’organisation, n’a pas l’intention de relever ce défi.

«Non, pas du tout, a répliqué Bouillon quand on lui a demandé s’il désirait prendre la place de Richardson. Je sais qu’il y a des choses qui sont sorties dernièrement. Dans le passé, j’avais la chance de coacher à Laval quand ils ont appelé Alex Burrows à Montréal. Il y a deux ans, j’aurais pu devenir l’adjoint à Joël [Bouchard] avec le Rocket. Mais je n’avais pas saisi cette occasion. Je n’étais pas prêt. Présentement, je suis bien dans mes fonctions.»

Plus de monde

Bouillon gardera donc les mêmes responsabilités dans l’organigramme hockey du CH. Il travaillera encore de concert avec Rob Romage pour le développement des joueurs. Les deux partageront leurs tâches avec une recrue au sein du groupe, Marie-Philip Poulin.

«Non, mes fonctions ne changeront pas. Quand Kent [Hughes] et Jeff [Gorton] sont arrivés [comme directeur général et vice-président exécutif des opérations hockey], le message était de bien s’entourer. Rob et moi couvrions beaucoup de joueurs. Quand tu veux une meilleure qualité de développement, il faut bien s’entourer. Ils ont rentré Marie-Philip et Adam [Nicholas] qui fait les entraînements. Ça prenait ça.

«J’ai joué au hockey, mais je ne suis pas un gars de glace [entraînement], a poursuivi l’ancien défenseur. Je joue beaucoup avec mes instincts. Le hockey a évolué. Comme coach, je n’ai pas fait beaucoup d’entraînements. Mon boulot est de conseiller les joueurs, je dois servir de mentor. Je suis sur la route pendant la saison, je leur parle après des matchs. Je fais des rapports sur eux.»

De bonnes recrues

Embauché par l’ex-DG Marc Bergevin en 2017-2018, Bouillon entamera une sixième saison dans sa deuxième carrière avec le CH. L’homme de 46 ans a offert un beau compliment aux jeunes espoirs présents à ce camp de développement.

«Depuis que je fais ce boulot, il s’agit de la meilleure cuvée de recrues. Je suis vraiment impressionné. Le futur nous dira si on a fait les bons choix. J’aime plusieurs choix.»