Crédit : AFP

F1

Leclerc s'impose en Autriche

Publié | Mis à jour

Charles Leclerc (Ferrari) a remporté le Grand Prix d'Autriche de F1 dimanche devant Max Verstappen (Red Bull) à l'issue d'une course indécise jusqu'au bout.

Leclerc, victime d'ennuis d'accélérateur, a terminé avec moins de 2 secondes d'avance sur le Néerlandais qui garde la tête du championnat du monde après 11 manches disputées. Le podium est complété par Lewis Hamilton (Mercedes) à la suite de l'abandon de l'autre Ferrari pilotée par Carlos Sainz Jr dont le moteur a pris feu alors qu'il tentait d'arracher la 2e place à Verstappen à une dizaine de tours de l'arrivée.

«Cela a été une très bonne course avec un bon rythme. J'avais un problème d'accélérateur et il ne me restait que de 20 à 30% d'ouverture mais j'ai pu gérer cela jusqu'à la fin», a déclaré le pilote monégasque après l'arrivée.

Il n'avait pas terminé sur le podium lors des cinq Grand Prix précédents et se voyait distancé par Verstappen au championnat. «Il était temps» de remporter une nouvelle victoire, la 3e de la saison pour lui, a-t-il reconnu.

«On a souffert avec les pneus», a indiqué pour sa part Verstappen. «Mais c'est quand même une deuxième place», a-t-il souligné.

«C'est dommage pour les fans, je n'ai pas pu leur offrir une victoire», a-t-il regretté à l'endroit de la marée de ses supporters et de ceux de Red Bull venus assister à la course sur le circuit autrichien de Spielberg, propriété du géant des sodas Red Bull et de l'écurie éponyme.

L'autre Red Bull de Sergio Perez a abandonné tôt dans la course après un accrochage avec la Mercedes de George Russell qui a terminé 4e devant l'Alpine du Français Esteban Ocon.

 

Aucun point pour Aston Martin (Louis Butcher)

Malgré une 12e place sur la grille de départ et des abandons devant lui, Lance Stroll n’a pas été en mesure d’obtenir le moindre point au Grand Prix de Formule 1 d’Autriche, dimanche.

Le pilote québécois a dû se contenter du 13e rang à l’arrivée, tout en concédant un tour au vainqueur, Charles Leclerc (Ferrari).

Et la récolte n’a pas été meilleure pour le coéquipier de Stroll, Sebastian Vettel, qui a fait pire en terminant la course à la 17e place.

Encore éliminés en Q1

L’écurie Aston Martin connaît un passage à vide pour le moins inquiétant, car elle occupe la neuvième position au classement des constructeurs avec à peine 18 points au compteur.

Seule Williams fait pire que l’équipe dirigée par l’homme d’affaires montréalais Lawrence Stroll.

Son rendement n’est guère plus reluisant en qualifications, où ses deux pilotes ont été éliminés dès la ronde initiale (Q1) pour un troisième Grand Prix de suite.

«Mon départ a été satisfaisant, a raconté Stroll à sa sortie de voiture. Et j’ai été en mesure de maintenir ma position et de me battre avec les deux McLaren [Lando Norris et Daniel Ricciardo] en début de course.»

Stroll a été celui, parmi les 20 engagés, qui a roulé le plus longtemps avec son premier train de pneus, ne s’arrêtant qu’au 29e tour.

Après avoir occupé le quatrième rang hors séquence, il a été évidemment rétrogradé quand il a repris la piste avec des gommes neuves.

«Après mon arrêt, a-t-il expliqué, j’ai éprouvé beaucoup de difficulté à contenir les voitures plus rapides derrière moi. C’est dommage d’avoir été incapable d’inscrire un ou deux points.»

Vettel accroché par Gasly

Impliqué dans un accrochage avec Alexander Albon la veille, lors de la course sprint, Vettel a vu son parcours être ruiné par une touchette avec Pierre Gasly cette fois, dimanche.

Le quadruple champion du monde n’a rien à se reprocher, puisque les commissaires ont infligé une pénalité de cinq secondes au Français pour son comportement.

«J’avais pris l’avantage sur lui, a prétendu Vettel, tout en lui laissant beaucoup d’espace. Il a été trop enthousiaste et il m’a percuté. J’ai fait une excursion dans le bac à graviers, mais j’ai pu quand même continuer.

«Dès lors, avec une voiture amochée, j’ai été pratiquement limité à un rôle de figuration.»

Vettel a terminé l’épreuve au 17e et dernier rang. Les trois autres pilotes derrière lui au tableau, Carlos Sainz, Nicholas Latifi et Sergio Pérez, ont été contraints à l’abandon.

Schumacher pilote du jour