Repêchage de la LNH

Les Ducks étaient surpris de pouvoir repêcher Luneau

Publié | Mis à jour

Comme ce fut le cas en 2017, les Ducks d’Anaheim ont pigé deux fois plutôt qu’une dans le bassin d’espoirs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, au deuxième tour, sélectionnant Noah Warren (42e rang) et Tristan Luneau (53e), des coéquipiers chez les Olympiques de Gatineau.

Lorsque l’auteur de ces lignes a demandé au recruteur Stéphane Pilotte s’il était surpris de pouvoir mettre le grappin sur le deuxième, au 53e rang au total de l’encan, il semblait s’en frotter les mains.

Voyez son entrevue dans la vidéo, ci-dessus.

«Je te dirais oui, par rapport à l’endroit où on l’avait sur notre liste, a-t-il fait savoir sur le bord du parquet. C’est sûr et certain, mais des choses comme ça arrivent.»

Selon les dires de Pilotte, si la tendance observée en début de journée ne s’était pas renversée, il aurait pu n’avoir aucun des deux espoirs de la LHJMQ.

«Quand on est revenu en début de deuxième ronde, c’est le contraire qui se produisait. Les gars qu’on avait sur notre liste partaient tous au prochain rang. Un moment donné, lui il était disponible. Si lui partait, ça ne marchait plus, donc on était content de voir qu’il était encore là.

«Je m’attendais à ce qu’il parte un peu plus vite et je pense que lui aussi.» 

En Luneau, les Ducks croient avoir repêché un diamant à polir. Ils croient que son éthique de travail lui permettra d’obtenir toutes les chances de réussir.

«On sait que c’est un jeune homme qui va avoir à travailler certaines choses. Il a la volonté de le faire, car il a une excellente attitude.»

Luneau heureux de se joindre aux Ducks -

Selon Pilotte, le nouveau directeur général Pat Verbeek souhaite ajouter des arrières avec de «très bons gabarits, mais aussi avec une éthique de travail qui va nous permettre de progresser». 

Warren, un patineur de 6 pi 5 po, répondait à ce critère.

«Noah, ce qu’il va apporter c’est vraiment son côté athlétique. Il y en a qui sont costauds comme lui, qui, parfois, ne vont pas bien le transposer. Dans son cas, c’est un athlète naturel. 

«Il aurait pu faire n’importe quel sport et il aurait été très habile.»

Trois Québécois en deux jours

Le fait que les deux jeunes se connaissent a-t-il facilité leur sélection? On se rappelle qu'en 2017, Maxime Comtois a été nommé au 50e rang et Antoine Morand 10 rangs plus loin.

«Zéro! Honnêtement, c’est juste un adon. Il n’y a aucun facteur dans l’équation.»

Il s'agisait donc d'une question de disponibilité, assure-t-il. Les Ducks se sont aussi grossis au tour initial, la veille, en recrutant Nathan Gaucher, le joueur de centre des Remparts de Québec de 6 pied 3 pouces.

«C’est rare au Québec qu'on ait autant de gros bonshommes au début du repêchage. Des fois, on essaie de passer un "p’tit" gars de 5 pieds 10 ou un gardien de 6 pieds. Là, ça tombait bien. C’était tous des gars qui répondaient à notre commande qu’on avait de Pat.

«C’est un "match" parfait, mais pour Pat, qu’il s’appelle Joe Smith ou Tristan Luneau, c’est parfait pour lui.»