Repêchage de la LNH

Montréal était folle de Shane Wright...

Publié | Mis à jour

À l’approche du choix des Canadiens au tout premier rang, Montréal était folle de Shane Wright, jeudi après-midi. Les partisans étaient toutefois loin de se douter de la surprise que Kent Hughes leur réservait. 

Aux environs du Centre Bell, où les partisans se sont massés à quelques heures du repêchage de la LNH, l’auteur de ces lignes peinait à trouver le moindre partisan à ne pas favoriser la sélection du prodige ontarien. 

Un mouton noir dans la foule brandissait fièrement une pancarte «Slafkvosky la bête», rêvant à l’éventualité d’un trio réunissant Cole Caufield, Nick Suzuki et l’attaquant de puissance slovaque. 

Une exception seulement, car tous les autres partisans sondés clamaient leur amour pour Wright, vu comme un premier de classe depuis son entrée dans la OHL à titre de joueur exceptionnel. 

Du lot, Tim Stringer, natif de la Baie-James, qui a déboursé 325 beaux dollars afin d’avoir le chandail bleu, blanc et rouge du joueur de centre avant même que le Tricolore ne puisse se prononcer.  

«C’est sûr que j’ai pris un risque, a-t-il admis, sourire en coin. Je serais déçu si Wright n’est pas choisi puisque je crois qu’il a le plus haut potentiel, mais au pire je le découdrai pour Slafkovsky.»

Il a fini par être déçu, il va sans dire.

Raphaël de Vaudreuil, lui, a pris un risque plus calculé. 

«Nous opérons un commerce de confection de chandails, donc ça n’a pas été trop compliqué. J’ai juste fait coudre Wright sur mon vieux Kotkaniemi. On serait extrêmement déçus s’ils ne choisissent pas Wright, mais je ne prends pas un pari à l’aveugle, car je pourrai simplement refaire la couture moi-même.»

Dany Lacerte de Québec a aussi été plus raisonnable, dépensant 70$ tout au plus pour son chandail numéro 51. 

Il était tout de même préparé à d'autres scénarios, lui qui avait en main des pancartes à l'effigie de Slafkovsky, Cooley et Wright. 

«J’ai aussi déjà fait faire un chandail de Connor Bedard à mon fils. On est prêts pour l’an prochain!», a confié l’enthousiaste papa. 

Respect

Malgré la préférence des amateurs pour Wright, tous les partisans rencontrés avaient promis de faire preuve de respect au moment du choix des Canadiens. Ils ont tenu promesse : la réaction des Montréalais à l’annonce de la sélection de Slafkovsky a été sublime, franche et enthousiaste.  

«Je suis Wright depuis qu’il a 15 ans, donc c’est sûr que j’ai une préférence pour lui, mais j’espère que les partisans demeureront respectueux, a exprimé Jade de Beloeil. Par respect pour Juraj, je ne scanderai pas le nom de Wright avant l'annonce de la sélection.»